|
Chroniques

La 2ème Guerre d’Indépendance

14:09 . 24/01/2023 mardi

Ali Saydam

Ali Saydam est né en 1946 à Ankara. Né en tant que troisième fils d'un père et d'une mère de la génération « idéaliste », Saydam est diplômé du lycée pour garçons d'Istanbul en 1965 (Istanbul Erkek Lisesi). Il préconise dans son livre en 2005 que la communication devrait être gérée avec une conscience nationale.

Ali Saydam

Selon nous, celui/celle qui s’approprie dans notre pays les propos d’Atatürk qui disait "l’indépendance nationale, c’est mon trait de caractère", remportera les élections… Celui/celle qui cherchera à mettre la Türkiye sous la direction des États-Unis ou de l’UE, perdra…


Un proche nous a envoyé l'enregistrement d'une émission à laquelle a participé
Nazim Hikmet
à la radio (hongroise) de
Budapest
en 1954... Cela peut sembler difficile à croire, mais ses analyses d'il y a 69 ans restent actuelles et pertinentes...

Si les propos de Hikmet sont toujours aussi justes, il est nécessaire de s'arrêter et de réfléchir un peu... C'est pourquoi nous avons consacré aujourd'hui une grande partie de notre chronique à Nazim Hikmet, avec votre permission...


"En cette année 1954, en Turquie, qui appellent-ils apostats, qui appellent-ils traîtres, qui appellent-ils ennemis de la révolution, qui appellent-ils ennemis mortels des principes du kémalisme, comme nous les appelons en Türkiye ? Nous devons les comprendre. Maintenant, à mon avis, le plus gros problème en Türkiye est la question de la patrie, c’est la question de notre maison. C’est une question d’indépendance de notre foyer.


Tout d'abord, nous devons vivre dans notre propre maison comme les propriétaires de cette maison. Celui qui a laissé entrer un voleur dans notre maison et qui nous a fait serviteurs de ce voleur dans notre maison, c'est celui-là qui est un apostat. Il est l'ennemi des principes du kémalisme. C'est lui le traître ! Je veux dire que celui qui est en faveur de l'appel à la prière en arabe, est-il un apostat ou non ? Ceci, n'est pas un sujet propre à aujourd'hui.


La question d’aujourd’hui est de savoir qui a vendu la Türkiye aux Américains et continue de le faire.


Qui a ruiné l’industrie nationale turque et continue de le faire ?


Qui a transformé le paysan et l’ouvrier de Türkiye en esclaves du client et continue de le faire ?


Ce sont eux les apostats.


Ils ont renié le kémalisme, ils ont trahi la patrie !


Les personnes autres que celles-là, quelles que soient leurs convictions religieuses, quelles que soient leurs convictions de conscience, quel que soit le parti politique auquel elles appartiennent, sont des personnes qui aiment leur patrie et sont des Turcs avancés dans les conditions actuelles.


À cet égard, je le répète encore une fois, quelles que soient leurs convictions de conscience, quelles que soient leurs convictions politiques, quel que soit le parti auquel ils adhèrent, si les gens en Türkiye sont en faveur de la véritable indépendance nationale de la Türkiye, c'est-à-dire, parlons plus clairement, s'ils sont favorables à la suppression de la domination américaine en Türkiye, s'ils sont favorables au développement de l'industrie turque, s'ils sont favorables à l'abaissement du prix de la vie en Türkiye, s'ils sont favorables à la poursuite de l'histoire de la Türkiye avec son honneur d'antan, en d'autres termes, s'ils portent la dignité et l'honneur turcs, ce sont des gens avancés, quelle que soit l'opinion à laquelle ils appartiennent. "


Par intermittence, l’animateur de la radio l’interroge : "Cette atmosphère de terreur créée par les dirigeants turcs en Türkiye a-t-elle mis fin à la guerre d’indépendance nationale et de paix en Türkiye ?".


Hikmet poursuit : "Il n’est pas possible de ruiner les peuples. Une nation qui se forme, une nation qui vit, ne meurt pas. La nation turque est comme ça. Une nation appelée la nation turque, un peuple appelé le peuple de Türkiye. Il est impossible que ce peuple disparaisse.


Ce que je veux dire, c'est que le terrorisme d'aujourd'hui n'est pas dirigé contre tel ou tel parti. La terreur d'aujourd'hui n'est pas contre telle ou telle opinion, pas contre telle ou telle classe.


Le terrorisme d'aujourd'hui est contre le peuple turc et c'est un terrorisme qui vise à détruire et à faire disparaitre le peuple turc.


La nation turque ne peut être détruite. C'est pourquoi, malgré tout, la nation turque survivra. Et malgré tout, nous sortirons victorieux de la 2ème guerre d'indépendance nationale..."


Alors que l’opposition sous-entend qu’elle changera à "180 degrés",
la politique énergétique et minière nationale
, les investissements de l’industrie de la défense nationale, la politique économique et financière nationale, notre politique étrangère conforme à nos intérêts nationaux, et tous les investissements dans les transports et les infrastructures visant à
"l’indépendance nationale"
, prévaudront-elles ?... Ou est-ce la servitude qui l’emportera ?... C’est ce que nous déciderons lors des élections de 2023...

Lorsque nous avons parlé à notre jeune frère spécialiste en communication, Furkan Demirci, de cet enregistrement audio de Hikmet, il a suggéré deux titres... Nous avons utilisé le premier... Le second, qui est très profond, était "Nazim et la Hikmet [sagesse] d’aujourd’hui" ... Il ne faut pas perdre espoir envers les jeunes...

#indépendance
#élection
#Nazım Hikmet
il y a 7 jours
default-profile-img
La 2ème Guerre d’Indépendance
La tension monte dans le Caucase
L'interrègne de l'Europe et la solitude de l'Eurasie
Paradis, enfer, purgatoire...
2022: l'année des investissements
Entre protection du PKK et haine du Coran, que veut la Suède ?