|
Le diable au sein de l’Occident

La pièce de Reginald Rose "12 hommes en colère" a été portée au grand écran par Sidney Lumet en 1957 et le film a pris sa place parmi les œuvres les plus importantes de l'histoire du cinéma. Les théâtres publics turcs ont commencé à mettre en scène cette pièce sous la direction de M. Akif Yeşilkaya. Au cours de la semaine, nous avons eu l'occasion de revoir cette magnifique pièce.


La pièce parle d'un jeune homme accusé du meurtre de son père et des discussions d'un jury de 12 personnes. Alors que 11 membres du jury estiment que le jeune homme est définitivement coupable et qu'il doit être exécuté à la lumière des preuves disponibles, les doutes, les questions et les discours persuasifs d'une personne renversent le verdict. La pièce et le film "12 hommes en colère" sont considérés comme une œuvre de référence en psychologie, en psychologie sociale, en sociologie, en droit et dans bien d'autres domaines.


En observant la pièce, un point a particulièrement attiré mon attention : L'un des membres du jury affirme que le suspect est un immigré, qu'il a été mal élevé par ses parents, qu'il a grandi dans une décharge, qu'il est déjà un criminel en puissance, qu'il ne serait pas juste d'appeler le suspect un être humain, qu'il s'agit en fait d'un animal, qu'il faut l'éliminer pour nettoyer les rues, que si on ne le fait pas, le suspect et les gens comme lui les détruiront un jour. Les autres jurés réagissent à ces propos racistes.


Bien entendu, ce n'est pas ce qui attire mon attention.


Les Occidentaux font preuve d'une extrême sensibilité à l'égard de certaines questions : Racisme, laïcité, amour et respect mutuels, liberté d'expression, droits des femmes, droits des enfants, droits de l'Homme, droit, etc. Cependant, ces principes de la civilisation occidentale n'émergent pas de l'idéal de construire un monde "plus pacifique, plus sûr et plus vivable". Au contraire, les Occidentaux se réfugient dans ces principes pour réprimer leur propre mal, le diable qui est en eux. Ou plutôt, ils doivent s'y réfugier.


Le principe de laïcité, par exemple... La guerre de 30 ans, entre 1618 et 1648, a été une guerre de sectes en Europe. 8 millions de personnes ont perdu la vie.


Ils sont sensibles au racisme, parce qu'aux États-Unis, le clivage noir-blanc a été aboli il y a seulement 59 ans, en 1964. Autrement dit, jusqu'à hier, les Noirs et les Blancs ne pouvaient même pas entrer dans les mêmes toilettes. La plupart des 80 millions de morts de la Seconde Guerre mondiale sont morts à cause du racisme.


En Amérique latine et en Afrique, ils ont commis toutes sortes de crimes honteux, du génocide au viol, des massacres à l'exploitation, de la traite des esclaves au vol.


Il en va de même pour la liberté d'expression : L'Église, l'Inquisition, était extrêmement cruelle envers ceux qui exprimaient des opinions différentes. Des centaines de milliers de personnes ont été exécutées par la guillotine ou même par le feu.


L'esclavage, les mauvais traitements infligés aux femmes et aux enfants, la discrimination et bien d'autres maux constituaient le caractère fondamental de l'Occident jusqu'à l'histoire récente. L'histoire de l'Occident est sombre en ce qui concerne les droits de l'Homme. Les récents bombardements de Dresde et de Hambourg, les bombes atomiques, les viols en France et en Allemagne sont autant d'actes sanglants qui resteront indélébiles dans l'histoire.


Non, ni dans le monde islamique, ni dans l'Empire ottoman, on ne trouve ces infractions. N'ont-ils jamais existé ? Oui, il y en a eu, mais ils étaient extrêmement exceptionnels, rares et à petite échelle. Aujourd'hui, certains avancent comme contre-arguments les attentats à la bombe entre chiites et sunnites dans les mosquées des uns et des autres ou certaines organisations terroristes. Ce n'est rien comparé aux péchés de l'Occident.


L'Occident n'élabore pas de principes fondés sur les leçons à tirer de tous ces crimes et meurtres et sur la volonté de ne pas recommencer ; il connaît le diable en lui-même et tente de l'étouffer. Par conséquent, ses principes et ses sensibilités sont en plastique, faux et forcés.


Sinon, comment lire l'éloge du génocide par les philosophes occidentaux après des siècles d'errance et d'attardement ici et là ?


L'attitude approbatrice et encourageante des autorités administratives, politiques, économiques et même intellectuelles de l'Occident à l'égard du génocide en Palestine n'est qu'une manifestation de ce mal à nouveau. Le mal qu'ils tentent d'étouffer se manifeste sous sa forme la plus laide, la plus sanglante et la plus brutale lorsque l'occasion se présente.


L'avenir heureux, pacifique et sûr de l'humanité sera entre les mains des musulmans, avec leur histoire propre, leur sincérité et leur compassion. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Peut-être pas aujourd'hui, mais cela arrivera dans le futur.


L'accusé de la pièce "12 hommes en colère" a été sauvé de l'exécution par le comportement interrogatif d'une seule personne ; qu'en est-il de ceux qui n'ont pas été sauvés ?

#Histoire
#Occident
#monde islamique
#Empire ottoman
#Aydın Ünal
6 ماہ واپس
Le diable au sein de l’Occident
Les sanctions contre la Russie, les avertissements américains à la Türkiye et le double standard
La probabilité que la Türkiye vive la même chose que l’Iran !
Que peut engendrer la mort de Raïssi ?
Le coût pour l’Amérique de sa réaction à la décision de la CPI
Quoi qu’ils fassent les États-Unis n’arrivent à satisfaire Israël !