|
Que promettent cette animosité et cette haine à nos villes de demain ?

Dans le cadre du processus d'élection de ceux qui gouverneront la ville, les candidats doivent avant tout présenter leurs idées et leurs visions de la ville. Bien que le nom de ce processus soit "administrations locales", aucune ville ne peut aujourd'hui rester à l'intérieur de ses frontières.


Comme elle est affectée par le reste du monde, la voie est grande ouverte pour que la pratique humaine proposée ici ait un impact sur le monde entier. Notre monde est un tel monde : un monde intégré et interconnecté. C'est pourquoi l'un des critères de qualité les plus importants pour ceux qui gèrent les villes aujourd'hui est d'avoir une vision globale et universelle.


En particulier dans un pays comme la Türkiye, qui aspire à laisser son empreinte dans le siècle à venir et qui prétend faire de ce siècle son propre siècle, le fait que les gestionnaires de villes aient également participé à cette demande et à cette revendication devrait être le critère le plus important de leur mérite dans la gestion des villes.


Comment nos villes communiqueront-elles avec le reste du monde ? Dans quelle mesure et de quelle manière seront-elles ouvertes aux différentes cultures, personnes et investissements du monde ? Dans quelle mesure les habitants de cette ville seront-ils préparés à voyager dans le reste du monde et à y transporter leurs cultures, leurs investissements et leurs projets ?

Le caractère cosmopolite des villes, en particulier de nos grandes villes, est une question importante qui exige de l'administration municipale qu'elle suive la gestion. Il est également nécessaire d'aller plus loin et de s'affirmer davantage dans ce domaine, mais il semble parfois que ce soit un luxe d'être aussi optimiste pour l'instant face à la piètre qualité dont nous sommes témoins.


La réaction de Veli Gündüz Şahin, candidat du CHP à la mairie de Mamak, lorsqu'il a vu un groupe d'enfants s'approcher de lui avec intérêt et peut-être avec une excitation enfantine alors qu'il parcourait les rues pour recueillir des votes, nous fait réfléchir à la manière dont nous avons manqué la condition selon laquelle ceux qui aspirent à gouverner la ville doivent être humains avant tout, sans parler de leur vision globale, de leurs horizons ou de quoi que ce soit d'autre.
Şahin s'est soudain transformé en héros faucon face aux enfants de 10 ans qui se trouvaient devant eux et s'est exclamé:

Ne sont-ils pas irakiens ? Je les renverrai dans leur pays d'origine. Laissez ces enfants grandir et demain ils seront un gros problème pour notre pays

Où regarder et que critiquer dans ce laisser-aller ? Qu'il leur vende de l'héroïsme sans tenir compte du fait que ce sont des enfants ? Son ignorance, son manque de respect, d'amour, de compassion et de haine envers les êtres humains, même s'ils sont étrangers, en prenant chaque étranger qu'il voit pour un immigrant illégal et en le considérant comme une menace pour le pays ?


Cette mentalité, qui aspire à être le maire d'un des quartiers importants d'Ankara, la capitale de la Türkiye, qui aspire à être le leader du prochain siècle du monde, essaie encore de ramener le pays au siècle dernier. Une sauvagerie repliée sur elle-même, qui voit dans celui qui ne lui ressemble pas un étranger, voire un ennemi, et qui ne peut cacher ses sentiments de haine à l'égard de celui qui est différent. C'est exactement ce qu'elle est. Il s'agit donc d'un racisme rustre qui se distingue par son manque de civilisation plutôt que par son idéologie. Dans le reportage, il est également indiqué que les enfants sont en fait des Turkmènes, et même si on le lui a dit, Şahin a continué à l'affirmer avec véhémence.


Aujourd'hui, avec des exportations dépassant les 260 milliards de dollars et des produits industriels et culturels reconnus dans le monde entier, la Türkiye a fait un grand progrès par rapport à il y a vingt ans.
Le fait que des exportations de 260 milliards de dollars puissent atteindre 500 milliards de dollars, puis 1 000 milliards de dollars, nécessite qu'un grand nombre de personnes dans le pays soient plus mobiles et plus en contact avec le monde.
Mais cela signifie aussi que des personnes du monde entier sont davantage connectées à la Türkiye.

Il s'agit d'un réseau de relations et de mobilité qui se manifeste non seulement par l'augmentation du nombre de touristes, mais aussi par l'augmentation du nombre d'étrangers vivant dans le pays. Si nos universités veulent rejoindre les rangs des universités mondiales, le nombre d'étudiants et de professeurs étrangers doit également augmenter. Si les étudiants étrangers qui étudient dans nos universités gênent les habitants d'une ville, il ne faut pas s'attendre à des avancées positives de la part des universités de ce pays. Les villes doivent également se développer conformément à cette vision universitaire, et leurs habitants doivent se familiariser avec les étrangers et les accepter. En fait, ils doivent d'abord cesser de considérer les étrangers comme des
"étrangers"
. Pour que les universités turques fassent la percée attendue et prennent une place affirmée parmi les universités du monde, les villes doivent avant tout créer un environnement familier et amical pour les étudiants et le personnel académique d'autres pays.

De même, le système de santé, qui a fait des progrès significatifs en termes d'infrastructure physique, ne peut pas progresser au-delà d'un certain seuil sans exporter des services de santé dans le monde entier. Le système de santé turc offre des services moins chers et de meilleure qualité à ses propres citoyens du monde entier, mais le coût de ce service n'est jamais souligné.
Afin de réduire ce coût et d'atteindre un niveau permettant d'offrir un meilleur service à ses propres citoyens, il n'y a pas d'autre solution que de se tourner vers l'exportation, c'est-à-dire d'accepter le tourisme de santé.

Toutefois, comme dans le cas de l'éducation, de graves problèmes se posent en raison des politiciens qui font de la xénophobie une question d'intérêt populiste.


La xénophobie empêche une Türkiye ambitieuse de réaliser ses ambitions.


Cette mentalmité n'est pas hostile aux étrangers, elle est hostile à la Türkiye et surtout, c'est une mentalité étrangère à elle-même. C'est une tête étrangère et hostile à son propre bien, à son propre bien, à ses propres intérêts, et même à la ville. Une tête étrangère à la ville aspire à l'administration de la ville.


Alors, si la xénophobie des candidats du CHP au nom du populisme perturbe l'environnement nécessaire au siècle de la Türkiye, dans quelle mesure la situation actuelle des étrangers, gérée par le gouvernement lui-même, est-elle en mesure de fournir les conditions qui feront de ce siècle celui de la Türkiye ?


Malheureusement, nous devons dire qu'il y a un grave manque de prise de conscience sur cette question également. Ni l'environnement d'investissement, ni l'environnement des services de santé, ni l'environnement de l'enseignement supérieur de la Türkiye ne sont conformes à cette vision globale.

Nous ne disposons pas d'un environnement favorable aux investisseurs étrangers, aux étudiants étrangers ou aux personnes qui aspirent à recevoir des services de santé.


Notre environnement et nos conditions à cet égard sont encore loin de pouvoir faire entrer la Türkiye dans le siècle que nous revendiquons. Je dis cela en tant que personne ayant observé de près les difficultés rencontrées par les employés, les investisseurs et les étudiants étrangers dans toutes les institutions bureaucratiques depuis des années. Nous pouvons bien sûr nous attarder sur les détails et les remèdes par le biais de dossiers d'observation constructifs.


#Turquie
#Système de santé en Turquie
#se faire soigner en Turquie
#racisme en Turquie
#les élections locales en Turquie
٪d أشهر قبل
Que promettent cette animosité et cette haine à nos villes de demain ?
Un grand départ pour les relations Türkiye-Irak
Hypocrisie
Ne vous laissez pas distraire avec Israël-Iran, un génocide est en cours à Gaza
Les États-Unis n'ont encore une fois pas déçu !
Le domaine public doit-il économiser de l'argent ou faire de la remise en forme ?