|

Qu'attendent les pays islamiques pour rompre toute relation avec Israël ?

Le monde est debout face au génocide qu'Israël perpètre à Gaza depuis le 7 octobre, et avec de plus en plus d'atrocités. Mais face à cette barbarie sans limite, la majorité des pays musulmans restent aphones et inertes.

La rédaction
10:25 - 30/05/2024 jeudi
Yeni Şafak
La mère de l'enfant palestinien Khaled Abu Samaha lui tient l'épaule alors qu'un homme tente de lui sauver la vie à l'hôpital Al-Aqsa Martyrs dans le centre de la bande de Gaza après qu'il ait été gravement blessé lors d'un bombardement israélien sur une maison dans la ville de Nuseirat le 27 mai 2024.
Crédit Photo : Bashar TALEB / AFP
La mère de l'enfant palestinien Khaled Abu Samaha lui tient l'épaule alors qu'un homme tente de lui sauver la vie à l'hôpital Al-Aqsa Martyrs dans le centre de la bande de Gaza après qu'il ait été gravement blessé lors d'un bombardement israélien sur une maison dans la ville de Nuseirat le 27 mai 2024.

Pour la première fois dans l'histoire du monde, nous assistons à un massacre en direct. Depuis le 7 octobre, les forces d'occupation israéliennes commettent un génocide sans précédent. Si les milieux sionistes affirment que les événements ont commencé le 7 octobre et que les assaillants étaient des Palestiniens, cette thèse ne trouve pas d'écho auprès des peuples du monde.



En parcourant les archives, on s'aperçoit qu'Israël massacre les Palestiniens et les prive de leurs maisons et de leurs terres depuis plus de 75 ans. Au cours de ces atrocités, aucune distinction n'est faite entre les bébés, les enfants, les femmes et les hommes. Les soldats tuent qui ils veulent, quand ils veulent, tandis que les colons, sous la protection des forces d'occupation, chassent les Palestiniens de leurs maisons.


Le monde est debout


Les peuples du monde se sont soulevés comme jamais auparavant. Des manifestations sont organisées chaque jour, des gens s’indignent. Au fur et à mesure que les images de brutalité arrivent, les réactions augmentent, et au fur et à mesure que les réactions augmentent, les dirigeants israéliens deviennent de plus en plus brutaux. De nombreux pays prennent aujourd'hui position en faveur de la Palestine.


Cependant, les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, l'Allemagne et la France, font de leur mieux pour protéger Israël. Les manifestants sont arrêtés, expulsés, ceux qui s'expriment, qu'il s'agisse de citoyens ordinaires ou de célébrités, sont licenciés et leurs contrats annulés.

Même les membres de la Cour pénale internationale sont menacés. La demande de mandat d'arrêt contre Netanyahu a mis l'organisation sous pression. Leurs familles sont menacées, ils ont peur d'être tués. L’injonction de la Cour Internationale de Justice d'arrêter l'attaque contre la ville de Rafah, a reçu comme réponse le bombardement d’un camp de réfugiés, l’incendie de leurs tentes et la décapitation de bébés.


La déclaration des États-Unis selon laquelle
"ils n'ont pas encore franchi notre ligne rouge"
et le rejet de toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU poussent les gens qui s’opposent au génocide à se radicaliser davantage.

Tant que les pays ne résoudront pas le problème, le nombre de ceux qui commencent à se faire justice eux-mêmes augmentera de jour en jour. Le monde sera entraîné dans un chaos encore plus grand. Malgré toutes les provocations israéliennes, les forces du Hezbollah iranien restent silencieuses. Même si le monde est debout, les Palestiniens sont seuls.


Réduire le commerce, c'est mettre fin aux atrocités


Des mesures plus importantes doivent être prises pour mettre fin à cette atrocité. Par exemple, la Colombie a rompu toutes ses relations diplomatiques. Mais combien de pays font de même ? La situation de la Türkiye est également importante. Tout le monde s'attend à ce que la Türkiye prenne de nouvelles mesures, voire déclare la guerre. Mais ce n'est pas possible. La Türkiye a récemment interdit tout commerce avec Israël. Un seul pays musulman ou occidental a-t-il pris la même position pour soutenir cette décision ?


Malheureusement, bien que la décision de la Türkiye ait causé un grand préjudice à Israël, les pays islamiques font l'autruche. Malgré la pression de leur propre opinion publique, ni l'Égypte, ni les Émirats arabes unis, encore moins l'Arabie saoudite, ne peuvent prendre des mesures audacieuses. Même les déclarations de l'Arabie saoudite selon lesquelles
"il n'y aura pas de normalisation tant que la question palestinienne ne sera pas résolue"
ne semblent pas convaincantes.

Türkiye et ses décisions économiques face à la crise palestinienne


Les difficultés économiques rencontrées par Türkiye ces dernières années, notamment la forte inflation et le taux de change élevé, auraient pu empêcher le pays de prendre certaines décisions.


Il serait toutefois inimaginable qu'un pays battant des records d'exportation et générant des revenus considérables dans ce secteur se tire une balle dans le pied.
Cependant, lorsqu'il s'agit d'un massacre, et surtout de la Palestine, avec ses liens historiques, culturels et religieux profonds, "l'argent" perd toute importance.

Dans ce contexte, malgré toutes les menaces et les risques, Türkiye a pris les mesures nécessaires.
D'abord l'État, puis le secteur privé, ont refusé cet argent "sanglant" et ont coupé tous les liens.

Finalement, ce n'est pas l'économie turque qui en a souffert, mais celle d'Israël. Grâce à son fort potentiel d'exportation, Türkiye a su créer de nouveaux marchés.
Après tant de sacrifices, l'absence de réaction des autres pays islamiques est vraiment incompréhensible.

Jusqu'à quand ces pays islamiques continueront-ils à ignorer ces appels désespérés ?
Que les pays riches en pétrole et en gaz ne puissent pas agir comme Türkiye restera une tache noire dans l'histoire.

Comme l'a dit le président turc Recep Tayyip Erdoğan:


Qu'attendent les pays islamiques pour prendre une décision commune ?


Les attentes de l'opinion publique mondiale


Pour l'opinion publique mondiale, la seule issue pour ces pays est de faire pression sur Israël, de rompre immédiatement toutes les relations diplomatiques et de cesser tout commerce. Les pays dotés d'une conscience, la Türkiye en particulier, devraient cesser leur coopération avec les universités israéliennes et même déclarer que les diplômes des universités israéliennes ne seront plus reconnus.


Si les États n'interviennent pas, le problème ne sera jamais résolu. On peut se demander de quoi et pourquoi ont peur ces dirigeants qui se contentent de condamner lorsqu'ils se réunissent. Il n'est pas juste non plus de réduire la question au seul Hamas. Si ces pays étaient sincères, ils feraient quelque chose pour la Cisjordanie occupée et ne permettraient pas qu'elle soit occupée chaque jour davantage.


Les musulmans et toutes les personnes dotées d'un tant soit peu de conscience exigent que les pays islamiques et arabes reviennent à la raison. Ces massacres ne s'arrêteront pas sans porter un coup à l'économie israélienne, qui ne survit que grâce au soutien des États-Unis et qui traverse une période difficile.


Si nécessaire, les pays islamiques devraient déclarer qu'ils couperont leurs relations avec les autres pays musulmans qui ne suspendent pas la normalisation et n'arrêtent pas le commerce avec Israël. Sinon, demain, il n'y aura ni Gaza, ni Jérusalem, ni la Palestine, ni l'Égypte, ni la Syrie. Il est temps de se secouer et d'agir.


A lire également:



#Conflit israélo-palestinien
#Israel
#Palestine
#génocide
#Gaza
#Benjamin Netanyahu
il y a 22 jours