|

Japon: inauguration d'un réacteur expérimental à fusion nucléaire

Un vaste projet expérimental nippo-européen de fusion nucléaire, "l'énergie des étoiles" suscitant beaucoup d'espoirs, a été inauguré vendredi au Japon sur un site partenaire et complémentaire du programme Iter en France, lequel accumule les déboires et les retards.

10:43 - 1/12/2023 Cuma
MAJ: 11:05 - 1/12/2023 Cuma
AFP
JT-60SA, le plus gros réacteur à fusion nucléaire au monde, inauguré le 1er décembre 2023 à Naka, au Japon. Crédit photo: Handout / National Institutes for Quantum Science and Technology (QST) / AFP
JT-60SA, le plus gros réacteur à fusion nucléaire au monde, inauguré le 1er décembre 2023 à Naka, au Japon. Crédit photo: Handout / National Institutes for Quantum Science and Technology (QST) / AFP

Installé dans l'Institut de fusion de Naka, à une centaine de kilomètres au nord-est de Tokyo, le JT-60SA est actuellement le plus grand "tokamak" (réacteur expérimental de fusion nucléaire) opérationnel au monde, en attendant l'achèvement d'Iter.


"Aujourd'hui est un grand jour pour l'histoire de la fusion (...). Avec ce tokamak, le Japon et l'Europe se positionnent comme leaders mondiaux de la recherche en fusion"
par confinement magnétique, a salué la Commissaire européenne à l'Energie Kadri Simson lors d'une cérémonie à Naka diffusée en ligne.

Fruit d'accords entre le Japon et l'Union européenne signés en 2007, la construction de ce tokamak de 15,5 mètres de haut et 13,5 mètres de diamètre a duré de 2013 à 2020. Et le 23 octobre dernier, il a réussi pour la première fois à produire du plasma, un gaz à très basse densité indispensable à la fusion nucléaire.

Le JT-60SA a vocation à aborder des questions de physique essentielles pour mieux préparer l'exploitation d'Iter et à plus long terme des applications commerciales de la fusion nucléaire.


La fusion de noyaux atomiques légers est le processus énergétique à l'œuvre dans les étoiles, comme notre Soleil.


Elle est considérée comme une future source d'énergie très prometteuse car elle ne génère pas de gaz à effet de serre, produit moins de déchets radioactifs que les centrales nucléaires actuelles, et contrairement à ces dernières serait sans danger selon les scientifiques.


La fusion n'est toutefois possible qu'en chauffant du plasma à des températures extrêmement élevées (plus d'une centaine de millions de degrés Celsius). Pour éviter que cette matière ne refroidisse et reste stable, elle doit être isolée, par exemple à l'aide de méga-aimants dans le cas de JT-60SA et d'Iter.


Surtout, pour que cette source d'énergie soit viable, il faudra faire en sorte que l'énergie produite dépasse celle utilisée pour provoquer la réaction.

En utilisant une autre technologie de confinement du plasma, au moyen d'un laser ultra-puissant, les Etats-Unis sont parvenus les premiers à réaliser un gain net d'énergie avec la fusion nucléaire il y a un an, et ont réédité cet exploit l'été dernier en améliorant le rendement.


Encouragé par ces succès, le gouvernement américain espère désormais parvenir à démarrer l'exploitation commerciale de la fusion nucléaire dans les dix prochaines années.


Le chantier d'Iter accumule lui les déboires, entraînant retards et surcoûts, en raison notamment de pièces essentielles défectueuses. Prévue à l'origine pour 2025, sa première production de plasma pourrait être repoussée de plusieurs années.


À lire également:


#Japon
#Innovation
#Fusion nucléaire
#Iter
#Réacteur expérimental
#JT60SA
#Tokamak
3 ay önce
default-profile-img