|

Le groupe de hackers le plus nuisible au monde démantelé par une opération internationale

Des milliers de victimes, des hôpitaux ou des mairies visés, des pertes totalisant des milliards d'euros... Le groupe de cybercriminels LockBit, présenté comme "le plus nuisible" au monde, a été démantelé lors d'une opération de police internationale, ont annoncé mardi les autorités de plusieurs pays.

18:59 - 20/02/2024 mardi
AFP
Le groupe de cybercriminels LockBit, présenté comme "le plus nuisible" au monde, a été démantelé lors d'une opération de police internationale, ont annoncé mardi les autorités de plusieurs pays.
Crédit Photo : X /
Le groupe de cybercriminels LockBit, présenté comme "le plus nuisible" au monde, a été démantelé lors d'une opération de police internationale, ont annoncé mardi les autorités de plusieurs pays.
"Après avoir infiltré le réseau du groupe, la NCA (agence de lutte contre la criminalité britannique, NDLR) a pris le contrôle des services de LockBit, compromettant la totalité de leur entreprise criminelle"
, a déclaré la NCA dans un communiqué.

Selon elle, le rançongiciel a ciblé
"des milliers de victimes à travers le monde"
et causé des pertes qui au total se chiffrent en milliards d'euros en comptant les rançons versées et les coûts induits pour les victimes.

"Nous avons hacké les hackers",
s'est félicité Graeme Biggar, directeur général de la NCA, annonçant la neutralisation de LockBit lors d'une conférence de presse à Londres.

LockBit a ciblé les infrastructures critiques et les grands groupes industriels, avec des demandes de rançon allant de 5 à 70 millions d'euros. En 2023, le groupe a notamment attaqué l'opérateur postal britannique et un hôpital canadien pour enfants, et en France les hôpitaux de Corbeil-Essonnes et Versailles en région parisienne.

Les cybercriminels mettaient à disposition de leurs
"affiliés"
outils et infrastructures leur permettant de mener des attaques.

Celles-ci consistaient à infecter le réseau informatique des victimes pour voler leurs données et crypter leurs fichiers.


Une rançon était exigée en cryptomonnaies pour décrypter et récupérer les données, sous peine de publication des données des victimes.


Tolérance de la Russie


LockBit a perçu plus de 120 millions de dollars de rançons au total, selon les États-Unis, où cinq personnes, notamment deux ressortissants russes, au total font l'objet de poursuites.

Selon le patron de la NCA, les investigations n'ont pas mis en évidence de
"soutien direct"
de l'État russe envers LockBit, mais a néanmoins souligné une
"tolérance"
envers la cybercriminalité en Russie.

"Ce sont des cybercriminels, ils sont basés partout dans le monde, il y a une large concentration de ces individus en Russie et ils parlent souvent russe"
, a-t-il déclaré.

LockBit est présenté comme l'un des logiciels malveillants les plus actifs au monde, avec plus de 2 500 victimes dont plus de 200 en France,
"parmi lesquels des hôpitaux, des mairies, et des sociétés de toutes tailles"
, a indiqué dans un communiqué le parquet de Paris.

Les enquêteurs français ont interpelé
"deux cibles en Pologne et en Ukraine"
et ont effectué des perquisitions, selon la même source.

L'opération a permis selon le parquet de Paris de
"prendre le contrôle d'une partie importante de l'infrastructure du rançongiciel LockBit, y compris sur le darknet"
, et notamment le
"wall of shame"
(mur de la honte)
"où étaient publiées les données de ceux qui refusaient de payer la rançon".

Ce site est sous contrôle


Selon la NCA britannique, plus de 200 comptes de cryptomonnaies liés au groupe ont été gelés et les enquêteurs ont obtenu plus de 1 000 clés servant à décrypter les données afin de pouvoir les restituer à leurs propriétaires.


"Ce site est à présent sous contrôle des forces de l'ordre"
, indique un message sur un site de LockBit, précisant que la NCA britannique a pris la main sur le site, en coopération avec le FBI américain et les agences de plusieurs pays.

En novembre 2022, le ministère américain de la Justice (DoJ) avait qualifié le rançongiciel LockBit de
"plus actif et plus destructeur des variants dans le monde".

Il y a un an, le réseau d'attaques au rançongiciel Hive avait été démantelé. Il était accusé d'avoir pris pour cible 1 500 entités dans 80 pays et d'avoir collecté plus de 100 millions de dollars de rançons.


À lire également:



#technologies
#enquête
#internet
#GB
#criminalité
#délinquance
#informatique
#cybersécurité
il y a 2 mois