|

Rafah: 3 femmes et 1 enfant tués par une frappe israélienne

Une frappe aérienne israélienne sur Rafah, dans la Bande de Gaza, a causé la mort de civils, malgré les appels à l'arrêt des attaques.

18:13 - 29/05/2024 Çarşamba
AA
Des réfugiés palestiniens subissant l'oppression israélienne, alors que 3 femmes et 1 enfant ont tués dans le bombardement d'une maison de réfugiés par Israël.
Crédit Photo : Bashar TALEB / AFP
Des réfugiés palestiniens subissant l'oppression israélienne, alors que 3 femmes et 1 enfant ont tués dans le bombardement d'une maison de réfugiés par Israël.

Des témoins oculaires ont déclaré que 3 enfants et une femme ont été tués et d'autres blessés suite à un raid aérien israélien sur la maison de la famille "Shaat", au nord de la ville de Rafah.


Les équipes médicales et la défense civile ont transporté les victimes à l'hôpital européen de Khan Younes (sud) et sont à la recherche d'autres victimes dans la maison qui abritait des personnes déplacées.


Tensions continues à Rafah


Plus tôt dans la journée de mercredi, plus de 20 blessés ont été admis à l'hôpital européen suite à un bombardement israélien qui a visé un rassemblement de Palestiniens près d'entrepôts d'aide humanitaire dans l'est de Rafah. Mardi, le ministère de la Santé a annoncé que tous les hôpitaux de Rafah étaient hors service en raison de l'attaque israélienne contre la ville qui se poursuit depuis le 6 mai.


Le raid de mercredi sur Rafah intervient après que l'armée a commis, en l'espace de 48 heures depuis dimanche soir, une série de massacres contre les tentes de personnes déplacées dans des zones situées à l'ouest de la ville, zones qu'elle prétendait être
"sûres"
, et malgré l'ordonnance de la Cour internationale de justice, rendue vendredi, qui enjoint Israël de mettre fin immédiatement à l'attaque au sol sur Rafah.

Ces massacres ont fait 72 morts parmi les Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, et 200 morts, selon un responsable de l'ONU.

L'écart entre les deux bilans s'explique par le fait que les hôpitaux de Rafah sont hors service et que de nombreux blessés graves ne bénéficient d'aucune assistance médicale.


Défis humanitaires persistants


Au total, la guerre contre Gaza, qui dure depuis le 7 octobre, a fait plus de 117 000 morts et blessés parmi les Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des enfants, et environ 10 000 disparus dans un contexte de famine et de destruction massive.


Israël poursuit sa guerre sans tenir compte de l'intention de la Cour pénale internationale de délivrer des mandats d'arrêt internationaux à l'encontre de son Premier ministre, Benyamin Netanyahu, et de son ministre de la défense, Yoav Gallant, pour leur responsabilité dans les
"crimes de guerre"
et les
"crimes contre l'humanité"
commis à Gaza.

Israël assiège la Bande de Gaza depuis 18 ans et sa guerre a forcé quelque deux millions d'habitants de l'enclave, soit environ 2,3 millions de Palestiniens, à fuir dans des conditions catastrophiques, victimes d'une grave pénurie de denrées alimentaires, d'eau potable et de médicaments.


A lire également:



#Bande de Gaza
#hôpital européen
#Israel
#Palestine
#Rafah
#Raid israélien
#rappe aérienne
#Israël
#victimes
#hôpitaux
#attaque
#Cour internationale de justice
#Palestiniens
#ONU
#guerre
#crimes de guerre
#crimes contre l'humanité
#siège
#famine
#destruction massive
23 gün önce