|
L’impasse dans laquelle se trouvent les États-Unis à Gaza

L'administration Biden n'a pas fondamentalement changé sa position inconditionnelle en faveur d'Israël depuis le début de la crise. Cependant, face aux vives critiques de l'opinion publique internationale, des pays de la région, de son propre parti et de l'opinion publique américaine, elle a commencé à parler davantage du drame humanitaire, surtout au cours des deux dernières semaines. Washington, de plus en plus isolé sur la scène internationale, a commencé à répéter son message de soutien à Israël jusqu'au bout, tout en faisant les mises en garde, comme la nécessité de protéger les civils et d'assurer l'entrée de l'aide humanitaire. Il a également été rapporté qu'Israël préparait une invasion à grande échelle de la bande de Gaza, mais que Washington préférait une opération plus restreinte afin de garantir la sécurité des prisonniers et des civils. Le changement de rhétorique de l'administration pour tenter d'atténuer la pression de l'opinion publique montre qu'elle commence à réaliser à quel point elle est acculée.


CHANGEMENT DE DISCOURS OU CHANGEMENT DE POLITIQUE ?


Bien entendu, un changement de discours ne correspond pas à un changement de politique et, dans ce contexte, le soutien de Washington à Israël ne diminuera pas. Le secrétaire d'État Blinken, par exemple, appelle à une "pause humanitaire" dans les opérations, mais Israël "a le droit et même l'obligation de se défendre". Le conseiller à la sécurité nationale, Sullivan, déclare que "les hôpitaux ne sont pas des cibles légitimes", mais s'abstient de critiquer directement le ciblage des hôpitaux par Israël. Le président Biden soulève également la question du transit de l'aide humanitaire, mais demande au Congrès un programme d'aide de 14,5 milliards de dollars pour Israël. Par conséquent, l'administration Biden tente de gérer le coût politique du soutien du gouvernement Netanyahou à la politique de nettoyage ethnique afin de soutenir Israël par des jeux de mots.


LE CALCUL DE NETANYAHOU


Le soutien total de l'administration Biden aux massacres politiquement calculés de Netanyahou visant des civils sous le prétexte de l'autodéfense a été coûteux. Il convient donc de noter que l'administration tente d'empêcher une invasion totale en avertissant les Israéliens de l'ampleur, du rythme et de la tactique de la prochaine opération israélienne à Gaza. Il semble que l'administration américaine tente de calmer l'indignation causée par la mort de civils jusqu'à présent et de produire un coût plus gérable à l'avenir. D'un autre côté, on savait déjà qu'une incursion imprudente de Netanyahou à Gaza et les pertes énormes qu'elle entraînerait mettraient fin à sa carrière politique.


N'ayant pas réussi à empêcher les attaques du 7 octobre et ayant été la cible de critiques pour avoir lancé des bombardements au mépris de la vie des prisonniers, Netanyahou aurait préféré étendre l'occupation de Gaza au fil du temps, malgré sa rhétorique acerbe. L'administration Biden tente de montrer qu'elle cherche à protéger à la fois les prisonniers et les civils en laissant entendre à la presse qu'elle a persuadé Israël de poursuivre une stratégie "plus rationnelle" contre le Hamas. Étant donné qu'il serait dans l'intérêt de Netanyahou qu'Israël avance sans subir de pertes majeures, les deux parties semblent avoir accepté de donner l'impression qu'elles suivront une stratégie différente en ce qui concerne l'opération terrestre.


LES ÉTATS-UNIS ISOLÉS


Les efforts de l'administration Biden pour montrer qu'elle se préoccupe de la tragédie humanitaire, d'abord par un soutien total, puis par des pressions publiques, ne correspondent pas à un changement fondamental de politique. L'administration n'est pas en mesure de démontrer une volonté effective de restreindre la capacité d'action d'Israël ou de mettre fin à la crise humanitaire. Non seulement Washington n'a pas su faire preuve d'un leadership convaincant, mais il a également été condamné par la communauté internationale pour sa complicité directe dans l'occupation et les crimes de guerre d'Israël. Ayant été complètement isolés dans la défense d'Israël à l'ONU, il sera extrêmement difficile pour les États-Unis d'avancer des arguments moraux sur les questions humanitaires à l'avenir.


Dans cette équation, qui permet à la Russie et à la Chine de transformer l'"hypocrisie occidentale" en arme diplomatique, le monde arabe et les pays du Sud prendront encore plus de distance par rapport au leadership américain. Il sera très difficile pour l'administration Biden de réparer ces dégâts, compte tenu de son image de renoncement au leadership mondial pour la "défense d'Israël". Depuis le début de la crise, Washington a poursuivi une politique axée uniquement sur la gestion de la pression publique avec son attitude ambivalente et son chèque ouvert pour les actions d'Israël.


Il faudra soit une nouvelle crise, soit qu'Israël soit enfin convaincu de la nécessité d'une paix durable pour que Biden rattrape ces dégâts, qui correspond à l'abandon par Biden de la prétention au leadership mondial qu'il avait renforcée avec la guerre en Ukraine. Devenu partenaire de la politique israélienne de rasage de Gaza, Washington n'a plus aucun espoir d'aboutir à une paix juste et pourra difficilement se rattraper dans cette crise.

#politique
#USA
#Benyamin Netanyahou
#Kadir Üstün
7 ay önce
L’impasse dans laquelle se trouvent les États-Unis à Gaza
C'est ce qu'on appelle la trahison !
Pourquoi l'avenir de la politique en Türkiye dépend-il de l'attitude de l'AK Parti ?
Une autre question: Ils ont placé le cheval de Troie chez nous
Partager le "nouveau monde" : Une période de rage..
Faire de la politique urbaine avec des chiens de rue !