|

France: Macron "prêt à débattre maintenant" avec Le Pen

En pleine campagne pour les élections européennes, le président français Emmanuel Macron s'est dit "prêt à débattre maintenant" avec la cheffe de file de l'extrême droite Marine Le Pen.

19:00 - 25/05/2024 samedi
MAJ: 19:01 - 25/05/2024 samedi
AFP
Le Président français Emmanuel Macron se dit prêt à débattre avec la chef de file de l'extrême-droite française Marine Le Pen.
Crédit Photo : Ludovic MARIN / AFP
Le Président français Emmanuel Macron se dit prêt à débattre avec la chef de file de l'extrême-droite française Marine Le Pen.
"Si l'on considère que ces élections déterminent une partie de l'avenir de la France, ce que je crois, alors il est nécessaire de débattre. Je suis à sa disposition. La balle est dans son camp",
a déclaré le chef de l'État dans une interview accordée au journal Le Parisien.

La possibilité d'un débat entre la présidente du groupe du Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale et le président de la République avait été évoquée ces derniers jours dans la presse, alors que la liste macroniste menée par Valérie Hayer aux élections européennes est largement distancée dans les sondages par celle du RN dirigée par Jordan Bardella.


"Si le président de la République, qui est le chef de l'État et non le chef de la majorité, entre dans l'arène électorale, alors il doit assumer les conséquences"
, a réagi samedi Marine Le Pen.

La semaine dernière, elle avait assuré qu'elle répondrait au président
"avec plaisir",
à condition qu'il
"mette sur la table sa démission ou la dissolution de l'Assemblée"
après les élections européennes. Une exigence réitérée samedi.

Auparavant, elle s'était montrée ouverte à un face-à-face, semblable à ceux qui avaient eu lieu entre les deux tours des élections présidentielles de 2017 et 2022, mais seulement après les élections européennes, "en septembre".

Les enjeux du débat Macron - Le Pen


Pour M. Macron, qui n'avait jamais abordé publiquement ce sujet, l'offre ne tient que jusqu'au scrutin.


"Après l'élection, ce débat ne présentera plus aucun intérêt: je suis président de la République"
, a-t-il souligné, interrogé dans l'avion de retour de Nouvelle-Calédonie.

Le chef de l'État a également critiqué
"l'ambiguïté lâche du RN" sur la question européenne, déplorant que le "débat" d'idées à l'approche des élections soit "flou".

"C'est ce qu'il y a de pire: des esprits embrumés. Les gens pensent que le RN n'est pas dangereux"
, a-t-il ajouté.

Selon diverses enquêtes d'opinion à quinze jours du scrutin, le Rassemblement national recueille entre 30 % et 33 % des intentions de vote, devant la majorité macroniste autour de 16 % et la liste du socialiste Raphaël Glucksmann, créditée de 14 % à 15 %.


Mais
"je n'ai jamais eu foi en les sondages. Nous verrons bien le 9 juin",
a assuré le chef de l'État, incitant toutefois les Français à se méfier des candidats lepénistes:
"réveillez-vous et examinez-les de près !".

A lire également:



#France
#politique
#Macron
#Le Pen
#débat
#élections européennes
#Rassemblement national
#sondages
#président de la République
#Renaissance
il y a 2 mois