|

Présidentielle au Sénégal: 15 candidats accusent le président Sall de traîner les pieds

Quinze candidats à la présidentielle au Sénégal ont accusé le chef de l'État Macky Sall de "mauvaise volonté", et annoncé des actions pour obtenir que soit fixée rapidement la date de l'élection repoussée à une date encore indéterminée.

13:26 - 21/02/2024 mercredi
AFP
Des groupes de la société civile et des groupes politiques brandissent des pancartes et des drapeaux nationaux sénégalais lors d'une marche appelant les autorités à respecter la date des élections, à Dakar, le 17 février 2024.
Crédit Photo : JOHN WESSELS / AFP
Des groupes de la société civile et des groupes politiques brandissent des pancartes et des drapeaux nationaux sénégalais lors d'une marche appelant les autorités à respecter la date des élections, à Dakar, le 17 février 2024.
Le collectif citoyen
"Aar Sunu Election" ("Protégeons notre élection")
a de son côté annoncé un nouveau rassemblement samedi.

Le collectif réclame la tenue du scrutin avant le 2 avril, date de fin officielle du mandat du président Sall. Selon ses projections, l'élection, initialement prévue le 25 février, doit avoir lieu le 3 mars au plus tard.


"Une lenteur inexplicable est constatée. Rien n'a été entrepris",
malgré les développements de la semaine passée, disent les 15 candidats dans un communiqué commun publié mardi soir. Ces derniers affirment:

Tout fonctionne au rythme de la mauvaise volonté du président Macky Sall.

Le Sénégal traverse une crise politique inédite depuis des décennies après la décision de début février du président Sall et de l'Assemblée nationale de reporter la présidentielle.


Ce report, dénoncé comme un
"coup d'Etat constitutionnel"
par l'opposition, a provoqué des manifestations qui ont fait trois morts.


Le Conseil constitutionnel a opposé la semaine passée son veto à cet ajournement et au maintien du président Sall à son poste jusqu'à l'installation de son successeur.


Le Conseil a constaté l'impossibilité de maintenir la présidentielle le 25 février et demandé aux autorités de l'organiser
"dans les meilleurs délais".


Le président Sall a dit vendredi son intention de respecter la décision du Conseil et de mener
"sans tarder les consultations nécessaires"
à l'organisation du scrutin.

Les Sénégalais attendent à présent de connaître la nouvelle date. Rien n'a filtré publiquement des discussions que mènerait le président Sall.

"Tout porte à croire que Macky Sall n'arrive pas à digérer la mise en échec par le Conseil constitutionnel et le peuple de sa tentative de saboter l'élection présidentielle",
disent les 15 candidats.

Ils annoncent sans plus de précision
"une série d'actions visant à garantir la tenue du scrutin dans les délais impartis".

Le collectif "
Aar Sunu Election"
a pour sa part annoncé mardi devant la presse un rassemblement à Dakar samedi, veille du jour où aurait dû avoir lieu l'élection.

Le collectif a par ailleurs demandé aux participants de venir symboliquement avec leur carte d'électeur, mais aussi des denrées ou des boissons pour ce qui se veut le
"port de départ"
du président Sall.

À lire également:





#Sénégal
#Élection 2024
#Présidentielle
#Macky Sall
#Aar Sunu Élection
#Opposition
#Report de l'élection
il y a 3 mois