|

Sénégal: le Conseil constitutionnel invalide le report de la présidentielle

Le Conseil constitutionnel sénégalais a invalidé jeudi le report de la présidentielle du 25 février au 15 décembre, plongeant dans l'inconnu le pays en proie à l'une de ses plus graves crises politiques depuis des décennies.

09:52 - 16/02/2024 Cuma
MAJ: 09:59 - 16/02/2024 Cuma
AFP
Le Président sénégalais Macky Sall.
Le Président sénégalais Macky Sall.

Cette décision historique ouvre des lendemains extrêmement incertains pour ce pays volontiers vanté pour sa stabilité et ses pratiques démocratiques, le président Macky Sall avait seulement indiqué la semaine passée qu'il aviserait sur les conséquences d'une éventuelle invalidation.


La Cour a déclaré contraire à la Constitution la loi adoptée le 5 février par l'Assemblée nationale, repoussant l'élection de dix mois et maintenant M. Sall à son poste jusqu'à la prise de fonctions de son successeur, selon un document publié sur les réseaux sociaux et authentifié par une source au sein de l'institution.

La Cour a par ailleurs annulé le décret présidentiel qui, de facto, modifiait le calendrier électoral, trois semaines seulement avant l'échéance.

Elle constate
"l'impossibilité d'organiser l'élection présidentielle à la date initialement prévue"
du 25 février, compte tenu du retard pris par le processus, et
"invite les autorités compétentes à la tenir dans les meilleurs délais"
.

Cet ajournement avait provoqué une levée de boucliers de la part de l'opposition et de la société civile qui ont crié au
"coup d'Etat constitutionnel".

Il a suscité des manifestations à la suite desquelles trois personnes ont été tuées et des dizaines arrêtées. Des partenaires importants du Sénégal, inquiets du risque de violence, ont appelé le gouvernement à tenir l'élection le plus rapidement possible.


"C'est une décision qui remet le Sénégal dans sa trajectoire normale. Je ne suis pas surprise parce que c'était trop gros tout ce qu'il se passait"
, a déclaré l'ancienne Première ministre Aminata Touré, qui a rejoint les rangs de l'opposition.

De son côté réagi Déthié Fall, un autre opposant candidat à la présidentielle qui s'est dit
"heureux"
de la décision. Il affirme:

Nous constatons que le droit a été dit.

De nouveaux appels à manifester contre le report ont été lancés pour vendredi. Une marche organisée par un collectif de la société civile est aussi prévue samedi.


Devant la contestation, le président Sall a exprimé sa volonté de trouver les voies de
l'"apaisement".

La décision de la Cour constitutionnelle a été rendue publique le jour où plusieurs opposants, arrêtés en lien avec les troubles politiques des dernières années, ont été libérés.


"La plupart de mes clients dans les dossiers montés pour des considérations politiques sont libérés",
a indiqué Me Cheikh Koureissy Bâ, assurant que cela concernait plusieurs dizaines de détenus.

"Intangibilité"


Sur une liste de plusieurs d'entre eux révélé par Me Moussa Sarr figurent notamment Aliou Sané, coordinateur du mouvement citoyen
"Y'en a marre",
Djamil Sané, maire d'une commune de Dakar et plusieurs membres du parti d'opposition Pastef de la figure de l'opposition, Ousmane Sonko.

Souleymane Djim, membre du Collectif des familles de détenus politiques, qui a confirmé que des libérations étaient en cours a ainsi commenté:


La pression internationale fait que le président Macky Sall ordonne des libérations.

L'un des principaux candidats annoncés à la présidentielle de 2024, Ousmane Sonko, mais aussi son second à la tête du parti Pastef dissous, Bassirou Diomaye Faye, sont détenus depuis 2023. Aucune information ne fait état pour l'heure de leur éventuelle libération.

"On est juste venu nous dire: vous sortez"
, raconte jeudi soir Gagné Demba Gueye, 32 ans, devant la prison de Rebeuss à Dakar où une cinquantaine de sympathisants et proches attendent la sortie des prisonniers au compte-gouttes.

"Nous sommes une monnaie d'échange, ils nous font sortir contre la stabilité du pays",
affirme-t-il, arborant un bracelet aux couleurs du Pastef. Il a ajouté:

On va reprendre la lutte. On n'a jamais baissé les bras.

Plusieurs centaines de membres de l'opposition, plus d'un millier selon certaines organisations de défense des droits humains, ont été arrêtées depuis 2021 et la lutte de pouvoir qui oppose M. Sonko, mis en cause dans plusieurs procédures judiciaires, et le président Sall.


L'opposition a accusé le camp présidentiel de s'arranger avec le calendrier électoral par crainte de la défaite de son candidat, le Premier ministre Amadou Ba. Elle suspecte une manœuvre pour que M. Sall reste au pouvoir, même si ce dernier le réfute.

Le président a justifié le report par les querelles suscitées par le processus préélectoral et sa crainte qu'un scrutin contesté ne provoque de nouveaux accès de violence.


La Cour constitutionnelle a réaffirmé jeudi le principe d'
"intangibilité"
de la durée de cinq ans du mandat présidentiel.

À lire également:





#élections
#Sénégal
#présidentielle
#manifestation
#politique
4 ay önce