|

Sénégal: comment une force de sécurité financée par l’UE a été utilisée pour réprimer des manifestants

Le gouvernement sénégalais a déployé une unité spéciale de lutte contre le terrorisme, créée, équipée et formée grâce à un financement de l'Union européenne, pour réprimer violemment les récentes manifestations en faveur de la démocratie.

La rédaction
11:28 - 1/03/2024 Cuma
Yeni Şafak
Des gendarmes sénégalais montent la garde lors des manifestations appelées par les partis d'opposition à Dakar, le 4 février 2024, pour protester contre le report de l'élection présidentielle.
Crédit Photo : JOHN WESSELS / AFP
Des gendarmes sénégalais montent la garde lors des manifestations appelées par les partis d'opposition à Dakar, le 4 février 2024, pour protester contre le report de l'élection présidentielle.

Ces informations ont été révélées par une enquête conjointe d'Al Jazeera et de la Fondation porCausa. Depuis 2021, des procès concernant le chef de l’opposition et très populaire Ousmane Sonko ont donné lieu à des manifestations dans tout ce pays d’Afrique de l’Ouest, au cours desquelles des dizaines de personnes ont été tuées.


Al Jazeera et porCausa ont obtenu des preuves visuelles, des contrats du gouvernement espagnol, un rapport d'évaluation confidentiel et des témoignages provenant de plusieurs sources suggérant que le Groupe d'action rapide de surveillance et d'intervention financé par l'UE, également connu sous le nom de GAR-SI, a été utilisé pour écraser violemment ces manifestations.

Dans une vidéo, on voit des membres du personnel de sécurité à bord du même type de véhicules blindés que l'UE a acheté pour le GAR-SI Sénégal, tirer des gaz lacrymogènes sur une caravane de protestation organisée par Sonko en mai dernier. Al Jazeera a confirmé que l'incident s'est produit dans le village de Mampatim, au sud du Sénégal, à environ 50 km de Kolda, dans la région de Casamance.



Les unités d'élite financées par l'UE étaient plutôt censées être basées dans les zones frontalières du Sénégal avec le Mali pour lutter contre la criminalité transfrontalière.


Unité d'élite


GAR-SI Sahel était un projet régional s'étalant entre 2016 et 2023 et financé à hauteur de 75 millions d'euros (81,3 millions de dollars) du Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique (FFUE pour l'Afrique), un fonds de développement dédié à la lutte contre les causes profondes de la migration en Afrique.


Le programme a été mis en œuvre par la Fondation internationale et ibéro-américaine pour l'administration et les politiques publiques (FIIAPP), une agence de développement appartenant au ministère espagnol des Affaires étrangères. Des unités GAR-SI ont été créées dans toute la région, dans des pays comme le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal,
"comme condition préalable à leur développement socio-économique durable"
.

L'unité sénégalaise de 300 hommes, créée en 2017, a coûté plus de 7 millions d'euros (7,6 millions de dollars au taux de change actuel) et visait à créer une unité spéciale d'intervention dans la ville de Kidira, à la frontière du Mali, pour protéger le Sénégal. des incursions potentielles de groupes armés et des crimes transfrontaliers, y compris le trafic de migrants.


Inspiré des unités espagnoles qui ont combattu contre le mouvement séparatiste Basque Patrie et Liberté, également connu sous les initiales espagnoles ETA, le GAR-SI Sénégal a reçu une formation technique et un encadrement de la Garde civile espagnole ainsi que des forces de sécurité françaises, italiennes et portugaises.


"Une allégation grave"


Une analyse des véhicules capturés dans la vidéo Mampatim montre qu'ils correspondent au SUV URO Vamtac ST5, un modèle espagnol fabriqué par le constructeur de poids lourds galicien Urovesa.


Le même modèle de voiture a été livré en présence de l'ambassadeur de l'UE au Sénégal en avril 2019 dans le cadre d'un programme d'aide visant à accroître les capacités du GAR-SI Sénégal à lutter contre la criminalité transfrontalière. L’unité a également reçu des drones, seize pick-up Toyota 4×4, une ambulance, 12 motos et quatre camions, mais il n’est pas clair si ceux-ci ont également été déployés lors des manifestations.


Les contrats internes de la FIIAPP consultés par Al Jazeera et porCausa mentionnent également des véhicules blindés Vamtac offerts à la gendarmerie sénégalaise dans le cadre du projet GAR-SI en 2022.


Les moyens, initialement prévus pour la cellule criminelle, ont été de facto intégrés aux commandements territoriaux et utilisés par les forces de sécurité sénégalaises, selon une source policière espagnole travaillant au Sénégal.

Un ancien officier supérieur de la police sénégalaise a également confirmé l'utilisation de l'unité GAR-SI lors de manifestations en faveur de la démocratie au Sénégal. Au vu de ces preuves, les groupes de défense des droits de l’Homme ont été alarmés.


"Ces unités semblent être utilisées pour réprimer les droits humains au lieu de lutter contre le terrorisme ou de surveiller la frontière"
, a déclaré Ousmane Diallo, chercheur au bureau Afrique de l'Ouest et centrale d'Amnesty International.
"C'est une allégation grave car la gendarmerie sénégalaise est impliquée dans la répression des droits humains et du droit de manifester depuis 2021".

"Il n'y a pas de preuve"


Al Jazeera et porCausa ont obtenu le rapport final d'évaluation de 67 pages du projet GAR-SI de 2022, qui précise dans différentes parties qu'au Sénégal, le GAR-SI fonctionne différemment des autres pays où l'unité est présente.


Le rapport précise que l'unité est parfois déployée dans des missions conjointes avec d'autres unités de police, comme l'Escadron de surveillance et d'intervention, ou ESI, de la gendarmerie sénégalaise, pour mener une série de missions de
"sécurité intérieure"
. .

Le document confidentiel souligne que le projet manque de garanties en matière de droits de l'Homme et qu'il n'y a aucune trace d'une quelconque élaboration de stratégie écrite ou communication au sein de la hiérarchie policière, les commandements pour les opérations en dehors des zones frontalières étant donnés de manière informelle et orale.

Al Jazeera et porCausa ont contacté le ministère sénégalais de l'Intérieur et de la Sécurité publique mais n'ont pas reçu de réponse avant la publication. Dans sa réponse, la Commission européenne a déclaré ne disposer d'aucune information sur les unités déployées par les autorités sénégalaises lors des manifestations.


"L'UE a constamment appelé les autorités sénégalaises à enquêter sur tout recours disproportionné à la force contre des manifestations pacifiques et attend un suivi approprié"
, indique le texte. Le porte-parole de l'UE a également déclaré que le cadre du GAR-SI était
"très spécifique et clairement défini dans sa portée et ses interventions"
, ajoutant que les équipements ou le financement correspondant
"devraient être utilisés dans les zones transfrontalières pour lutter contre la criminalité organisée et accroître la protection des populations locale"
.

Les ministères espagnols des Affaires étrangères et de l'Intérieur ont nié, dans une déclaration commune, l'implication de cette unité d'élite dans les manifestations.
"Le Ministère de l'Intérieur et la Garde Civile confirment qu'il n'existe aucune preuve de l'utilisation par les autorités sénégalaises d'unités constituées dans le cadre du projet GAR-SI dans les actions susvisées".

Le communiqué ajoute qu'il n'a pas fourni au GAR-SI une formation en matière de sécurité
"dans le contexte de manifestations ou de protestations publiques de masse"
et que l'accord de projet interdit au Sénégal de
"faire toute utilisation de matériels et d'équipements d'une manière qui s'écarte de l'objectif de le projet [GAR-SI]"
.

Source de controverses


Alors que plusieurs poursuites judiciaires se déroulaient contre l'opposant Ousmane Sonko, notamment pour
"corruption de jeunesse"
et diffamation, l'homme politique a mobilisé ses partisans, qui ont affirmé que ces poursuites étaient un complot du président sortant Macky Sall visant à l'écarter de l'élection présidentielle initialement prévue le 25 février.

Cela a conduit à des émeutes et à une grave répression de la part du gouvernement en mars 2021 et en mai et juin 2023. Les protestations ont repris en février 2024 lorsque Sall a annoncé qu'il reporterait les élections, qui étaient censées avoir lieu le 25 février. Le Conseil Constitutionnel a déclaré que cette décision était inconstitutionnelle, laissant le pays dans l’incertitude quant à la date des élections.


Au moins 60 personnes sont mortes depuis les premières manifestations de 2021 à cause de tirs à balles réelles par les forces de sécurité sénégalaises ou par des agitateurs, appelés "nervis" au Sénégal, payés par le gouvernement, selon des enquêtes d'Amnesty International et de médias indépendants. Personne n'a été poursuivi à ce jour.

Au milieu des troubles sociaux persistants, la migration irrégulière s’est également poursuivie. En août 2023, une arrivée irrégulière sur trois aux îles Canaries en Espagne était sénégalaise.


Diallo, chercheur à Amnesty International, a déclaré que tous les partenaires des projets financés par l'UE ont la responsabilité de garantir que les programmes qu'ils financent ne contribuent pas à des violations des droits humains, comme la répression meurtrière de manifestations pacifiques.


Mais si les autorités européennes étaient au courant des violations des droits commises au Sénégal, elles ne l'ont pas montré. Fin 2023, le ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, s'est rendu au Sénégal pour renforcer la coopération contre la migration irrégulière, tandis que l'UE et le Sénégal ont signé leur dernier accord d'aide au développement qui devrait aider les autorités sénégalaises à intercepter les départs du pays.

Cela s'est produit malgré le fait que le projet soit devenu une source de controverse en Europe.


L'année dernière, un rapport d'évaluation commandé par la Commission européenne a révélé une mauvaise gestion de la part du chef de l'équipe chargée de mettre en œuvre le projet régional GAR-SI Sahel, Francisco Espinosa Navas, le général espagnol de la garde civile.


Le rapport a identifié des dépenses injustifiées totalisant au moins 12 millions d'euros (13 millions de dollars) et des erreurs dans le choix des équipements de protection, qui ont conduit à des dépenses supplémentaires. Le rapport note également que ni la FIIAPP ni la Commission européenne n'ont signalé ces irrégularités à l'Office européen de lutte antifraude (OLAF).


A lire également:



#Sénégal
#Manifestation
#enquête
#Union Européenne
#répressions
#droits humains
#démocratie
#Ousmane Sonko
#Macky Sall
3 ay önce