|

Climat / pauvreté: la France prône une réforme du système financier mondial

La France a présenté vendredi les objectifs ambitieux du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, qu'elle organise la semaine prochaine dans l'espoir de contribuer à une "véritable transformation du système" afin de lutter "en même temps" contre le changement climatique et la pauvreté.

18:12 - 16/06/2023 Cuma
MAJ: 19:57 - 16/06/2023 Cuma
AFP
Crédit photo: Paris-France / AFP / ARCHIVE
Crédit photo: Paris-France / AFP / ARCHIVE

Restructuration de la dette, droits de tirage spéciaux, fonds souverains et banques multilatérales: les discussions les 22 et 23 juin à Paris entre une centaine de pays, dont une cinquantaine représentés par leur chef d'État ou de gouvernement, s'annoncent techniques et arides.


D'autant plus que, de l'aveu même de la présidence française, la France seule
"n'a pas la capacité de décider"
et veut davantage servir de "plateforme" pour avancer sur tous ces sujets, qui devraient déboucher sur une
"feuille de route".

Du coup, le président français Emmanuel Macron, à l'origine de cette initiative lancée en novembre avec la Première ministre de la Barbade Mia Mottley lors de la COP27 en Égypte, devrait mettre l'accent sur la nécessité d'un
"choc de financement"
pour démontrer que
"personne"
n'aura
"à choisir entre lutter contre la pauvreté et les inégalités et investir pour protéger la planète".

À défaut de décision formelle à Paris, la priorité française est de donner un
"impetus"
,
"une dynamique, un élan politique"
à des solutions qui sont parfois embourbées dans des tractations très techniques.

Taxation sur le maritime


Pour l'instant, l'attention se concentre sur une mesure qui pourrait sortir revigorée du rendez-vous parisien: une taxe internationale sur les émissions de carbone de l'industrie du transport maritime
"qui est aujourd'hui complètement exempte de taxation que ce soit sur ses revenus ou ses émissions"
, relève-t-on côté français.

"Les besoins sont tellement énormes"
, qu'on
"a besoin de ressources nouvelles",
a souligné une conseillère d'Emmanuel Macron. "
On espère qu'à Paris on aura donné un vrai élan politique"
à cette taxe
"portée depuis dix ans par les îles Marshall et les îles Salomon"
, a-t-elle ajouté.

Deux semaines avant une réunion cruciale de l'Organisation maritime internationale (OMI), l'espoir est de lui donner "un écho nouveau" pour
"déboucher sur une décision ambitieuse"
.

Au-delà, en présence de nombreux représentants de la société civile, il s'agira donc de phosphorer à une
"refondation"
des institutions financières nées à Bretton Woods, aux États-Unis, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale.

Le nouveau président de la Banque mondiale Ajay Banga et la directrice générale du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva seront présents au sommet qu'ils pourront utiliser pour
"réaccorder leurs violons sur leurs mandats respectifs"
et
"clarifier"
leur
"feuille de route"
, espère-t-on à l'Élysée. Là aussi, l'objectif est de parvenir, avec la même mise de départ en argent public, à mobiliser beaucoup plus de ressources.

Au centre du jeu également, le rôle de prêteurs des banques multilatérales de développement, bailleurs de fonds des pays les plus vulnérables, de l'Afrique sub-saharienne à l'Amérique latine.

Plusieurs dirigeants de pays du "Sud global", non alignés sur les positions occidentales, seront aussi présents.


Le président brésilien Lula, qui "incarne" selon Paris
"cette conjugaison de la lutte contre la pauvreté et pour la protection de la planète",
le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du riche royaume pétrolier, ou encore le Premier ministre chinois Li Qiang, qui participera à la clôture du sommet et est très attendu sur le dossier de la restructuration de la dette de certains pays africains comme la Zambie, ont tous confirmé leur présence.

Ce sera l'occasion pour Emmanuel Macron, qui multipliera les apartés et recevra tous les invités jeudi soir pour un dîner à l'Élysée, d'afficher ses efforts afin d'arrimer les pays émergents aux discussions globales. Et aussi pour continuer de tenter de les convaincre de faire pression sur la Russie afin qu'elle cesse sa guerre en Ukraine.


À lire également:





#Sommet
#Transport
#Mer
#France
#Climat
#Dette
#Finance
#FMI
1 yıl önce