|
Comment la femme qui soutenait Israël est devenue musulmane à Sultanahmet ?

Un groupe de femmes organise un sit-in sur la place Sultanahmet depuis plusieurs jours. Elles viennent le matin et organisent des activités tout au long de la journée au point le plus fréquenté d'Istanbul pour faire entendre la voix du peuple de Gaza et protester contre le génocide israélien. En raison de leur emplacement, leurs interlocuteurs sont principalement des touristes. Ils établissent un canal de communication civil, authentique et efficace qui touche la conscience.


Il s'agit de l'"Initiative pour la solidarité avec les femmes palestiniennes". Des représentantes de 65 ONG turques organisent le sit-in. La veillée en est aujourd'hui à son septième jour. Chaque jour, outre les veilles des deux organisations de femmes, des experts dans leur domaine, des groupes professionnels, des activistes palestiniens, des touristes locaux et étrangers soutiennent les manifestations.


Certains se demanderont "quel est l'effet de ces manifestations ?". Je vais vous raconter une histoire qui fera trembler vos cœurs, l'histoire d'une touriste canadienne qui est venue sur la place Sultanahmet en tant que partisane d'Israël et qui en est repartie en tant que musulmane.


Melike Eser, une jeune activiste qui, dans les premiers jours des attaques israéliennes, a montré aux passants en se tenant à la station de métro de Taksim, le papier qu'elle avait préparé chez elle et écrit "Israël a tué 614 enfants en 6 jours", a été témoin de cette conversion. Melike a d'abord envoyé le message suivant : "Lors de notre manifestation pour la Palestine, la dame canadienne qui nous a observées pendant un long moment, puis qui est venue vers moi et a commencé à discuter avec moi, après des heures de conversation, est devenue musulmane".


J'ai naturellement crié "Allahu akbar" de là où j'étais assis. J'ai dit : "J'aurais aimé qu'elle ait une vidéo", mais je connais Melike. Elle ne penserait jamais à cela. Elle n'en a pas besoin. Parce qu'elle choisit de vivre l'instant présent. Elle n'aime pas la publicité, être une publicité. J'ai même pris sa photo à la station de métro plus tard.


J'ai appelé Melike pour la féliciter. Elle était ravie. Elle a pleuré à chaudes larmes. "Je sais que tu n'as pas d'images. Tu n'as même pas pris de photo souvenir", lui ai-je dit. "Oui, mon frère. Je ne voulais pas compromettre ce moment, cette intimité." Melike a raison. Elle a tout à fait raison. Mais nous pouvons transmettre ce moment en l'écrivant. J'ai demandé à Melike d'écrire à la fois ses sentiments et la manière dont la Canadienne est devenue musulmane au cours de la veillée de soutien aux femmes de Gaza. Elle m'a envoyé les lignes suivantes :


"La femme nous a observées à une distance de 4 à 5 mètres pendant un long moment. Puis, lorsque l'appel à la prière a été lancé, nous nous sommes rassemblées et sommes allées prier. Il s'est avéré qu'elle nous avait suivies, nous sommes revenues et avons poursuivi la manifestation. Elle s'est alors approchée de nous et nous a demandé pourquoi nous y allions tous ensemble. Je lui ai dit que le son était l'appel à la prière et qu'Allah nous appelait à Sa présence, et que nous nous rendions donc dans la maison d'Allah. Elle m'a posé des questions sur nos actions et sur la situation actuelle en Palestine. Je lui ai montré des photos et des vidéos. J'ai expliqué un par un pourquoi nous sommes ici aujourd'hui sur la question palestinienne. J'ai aussi expliqué les fausses nouvelles publiées dans les médias mondiaux et je lui ai montré des photos et des vidéos des vraies nouvelles. À ce moment-là, nous avons dû ranger notre matériel. Elle nous a aidées. Ensuite, nous sommes allées dans la cour de la Mosquée bleue pour manger les plats que nous avions préparées à la maison. Nous avons bavardé jusqu'à l'appel à la prière du soir. Elle s'appelle Madelyn. Elle a 43 ans et vit au Canada. Elle m'a posé des questions sur l'Islam, je lui ai dit ce que je savais et elle m'a demandé pourquoi j'étais habillée ainsi. Lors de l'adhan du soir, elle est entrée dans la mosquée avec moi et a observé la congrégation en silence à mes côtés. Nous sommes sorties à nouveau, elle m'a parlé d’elle et m'a dit qu'elle avait été une partisane d'Israël jusqu'à ce qu'elle vienne sur le terrain aujourd'hui : "Je me suis approchée de vous pour vous dire qu'Israël a raison", a-t- elle dit. Mais lorsqu'elle est venue pour la première fois,
je lui ai souhaité la bienvenue, je l'ai serré dans mes bras et je lui ai offert une friandise.

Elle a été impressionnée. C'était après la prière du soir. Soudain, elle a voulu me serrer dans ses bras et s'est mise à pleurer. Elle m'a dit qu'elle ressentait une lourdeur dans son cœur, mais que notre conversation lui avait fait du bien. Elle a dit qu'elle se sentait étrange en regardant la congrégation. J'ai expliqué la prière et, entre-temps, l’adhan a retenti. Cette fois, elle est entrée à l'intérieur, entièrement couverte, en prenant des tenues dans l'armoire à l'entrée de la mosquée. Elle a de nouveau observé. Soudain, elle a dit : "Je veux devenir musulmane". Elle a demandé ce qu'elle devait faire. À ce moment-là, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire et de pleurer à la fois. Je lui ai offert mon propre Coran et j'ai immédiatement acheté un Coran traduit en anglais à l'extérieur. Je lui ai offert son premier foulard. Nous nous sommes serrées dans les bras encore et encore. Elle avait un vol le lendemain. Je lui ai donné les numéros de mes deux amis musulmans vivant au Canada et elle est partie. Ensuite, je suis allée à la mosquée et j'ai prié la prière d'action de grâce. C'est peut-être la première fois que je prie avec des larmes dans les yeux. Mon cœur est incroyablement soulagé."


Une autre soeur qui a participé à la veillée sur la place était également au courant de ce formidable événement. J'ai également été très impressionné par ses notes. En tant qu'avocate parlant la langue, son travail consistait à communiquer avec les touristes qui s'intéressaient à la manifestation. Elle a mentionné qu’elle et une femme polonaise qui est venue les voir se sont serrées dans les bras et ont pleuré. Elle a raconté qu'un avocat anglais avait dit :
"Votre leader s'oppose au génocide et le nôtre ne fait que le soutenir".

Une Américaine a déclaré : "Nous avons honte de Biden, il lave le cerveau des gens. Les Américains sont devenus très superficiels". Dans les notes qu'elle a partagées avec moi, elle a déclaré : "Nous avons reçu le soutien et l'intérêt de la grande majorité des touristes. Les peuples du monde ont compris et sont conscients de tout."


Je n'ai pas du tout été surpris par les touristes qui ont été touchés par les manifestations. Depuis des jours, nous voyons des Européens et des Américains organiser des manifestations de masse avec des centaines de milliers de personnes, alors que les manifestations sont interdites et que leurs gouvernements soutiennent ouvertement Israël.


Je le répète encore et encore : pendant que les habitants de Gaza meurent, ils ressuscitent l'humanité. Gaza nous confronte, nous qui prétendons être musulmans, à notre identité oubliée et appelle le monde à l'Islam. Ceux qui cherchent la vérité sous cette force de résistance commencent à s'intéresser à l'Islam. Il est de notre devoir d'être un médiateur en vivant et en expliquant cet intérêt.


Salutations aux dames de Sultanahmet.
#Islam
#Gaza
#Israël
#sit-in
#Istanbul
#Palestine
#Ersin Çelik
8 месяцев назад
Comment la femme qui soutenait Israël est devenue musulmane à Sultanahmet ?
Nous nous orientons vers un chaos régional
Srebrenica, Gaza: Sİ tu oublies, tu meurs !
La déclaration finale du sommet de l’OTAN et les priorités de la Türkiye
L'île qui rafraîchit les mémoires: Et s'ils avaient réussi ?
L’ancien et le nouvel OTAN