|
Être digne de pouvoir aider Gaza

Nous en sommes au 185e jour du génocide commis par l'État génocidaire d'Israël à Gaza sous les yeux du monde entier. En d'autres termes, la terreur israélienne, qui a commencé le 7 octobre et atteint chaque jour un nouveau degré d'infamie, a laissé six mois derrière elle depuis hier.


Six mois, c'est long pour qu'un crime contre l'humanité de cette intensité se déroule sous les yeux du monde entier. Israël, soutenu par toute la puissance matérielle et politique des États-Unis et de l'Europe, n'est pas seul dans cette agression et cette atrocité. Il agit avec une grande alliance. D'autre part, il y a le Hamas, qui peut former un grand front de résistance sur un minuscule morceau de terre sans compter sur personne d'autre qu'Allah et avec la force de la foi dans l'impossibilité. Six mois, c'est une longue période pendant laquelle le monde tolère des atrocités. Pendant six mois, le monde dans lequel nous vivons a assisté, impuissant, au piétinement de toutes les valeurs, de tous les idéaux, de tous les droits et de toutes les lois au nom de l'humanité. Pendant six mois, la puissance sioniste, qui avait toute la puissance du monde derrière elle, n'a pas pu mettre à genoux la petite Gaza, ne l'a pas contrôlée, n'a pas pu atteindre son objectif initial de détruire le Hamas, et est encore loin de cet objectif. Bien sûr, six mois, c'est très long pour la résistance de la population de Gaza contre les armées mondiales destructrices et génocidaires dans une répartition asymétrique du pouvoir aussi extrême. Bien sûr, six mois, c'est une période beaucoup plus longue pour les gens de conscience qui regardent cette atrocité avec incrédulité parce qu'ils ne peuvent rien faire de plus. Le soutien illimité des États-Unis, dont ils tirent leur force, ainsi que le silence illimité des dirigeants arabes ont dû vivre une toute autre période au cours de ces six mois. Comment ces dirigeants, qui à huis clos expriment leur gratitude envers le génocidaire sioniste Israël comme une force qui les sauve du Hamas, ont-ils pu vivre ces six mois qui ont été si longs pour Israël ? Quel est leur état d'esprit face à la possibilité que le Hamas ne disparaisse pas, et à quelle vitesse vivent-ils ces six mois ?


Ces six mois sont vraiment très longs par rapport à beaucoup d'événements que nous avons vécus. Ces six mois sont des siècles sous les bombes, dans des tentes de fortune installées sur la boue. Tout le monde admire l'école de patience à laquelle ont été formés les nobles habitants de Gaza, qui ne manquent pas de témoigner leur confiance en Allah même dans ces conditions. Pendant ce temps, dans le reste du monde, la vie continue comme si de rien n'était.


Pendant six mois, des millions de personnes ont vu leur cœur battre à Gaza, ont ressenti à pleins poumons chaque bombe tombée à Gaza, ont dormi avec Gaza et se sont levés avec Gaza. Ces personnes non seulement n'ont pas oublié Gaza, mais ont également lutté pour qu'elle reste à l'ordre du jour mondial. Ces personnes attendaient les nouvelles concernant Gaza comme si elles étaient aux aguets depuis le début.


Pendant ce temps, des élections ont eu lieu en Türkiye et la rentabilité politique de Gaza a été découverte lors de ces élections. Ces derniers jours, nous avons également vu comment des personnes qui n'ont aucune sensibilité à l'égard de Gaza, qui n'ont jamais versé une larme pour les morts et qui diraient même : "En quoi ça nous concerne la Palestine ?" ont découvert Gaza et leur empressement à en tirer un profit politique intéressant. Depuis le début du processus, nous nous sommes naïvement demandé pourquoi les mouvements de gauche qui ont été au premier plan des manifestations pour Gaza dans le monde entier n'ont jamais été reflétés en Türkiye. Nous ne nous y attendions pas du tout de toute façon. Au contraire, nous avons vu la sagesse dans le merveilleux avertissement d'Abu Ubaydah : "Gaza n'a pas besoin de votre aide, vous avez besoin de pourvoir aider Gaza pour votre propre humanité, pour votre propre salut ! En fait, nous ne vous demandons pas d'aide. Nous ne demandons l'aide que d'Allah, et Il nous aidera par l'intermédiaire de ceux qu'Il jugera dignes de nous aider". Cela signifie que jusqu'à présent, personne n'a été digne d'aider Gaza. Gaza n'a pas invité à venir à son aide, elle a invité au salut, à la résurrection, à s'accrocher à l'humanité, à réaliser sa captivité et à se libérer. Tout ce qui se trouve en dehors de Gaza est sous occupation. Gaza nous a montré cette réalité de manière frappante, nous a mis en garde et continue de le faire.


Qui comprendra cet avertissement et agira en conséquence ? Dans les jours et les mois qui ont suivi le 7 octobre, n'a-t-on pas essayé de noyer cette invitation dans la question des "grands-pères des Palestiniens qui vendent des terres" ? Les gauchistes, les racistes et les nationalistes turcs n'ont-ils pas essayé de noyer l'invitation dans ce bourdonnement ? Et Özgür Özel lui-même n'a-t-il pas qualifié le Hamas, le noble représentant de Gaza, d'organisation terroriste et accusé Erdoğan de soutenir une organisation terroriste ?


Que signifie alors le fait que l'incroyable silence sur Gaza depuis le début se soit transformé en une accusation d'Erdoğan sur Gaza ? Nous avons déjà évoqué les frustrations qui peuvent découler du fait que les attaques ne cessent pas malgré les critiques véhémentes d'Erdoğan à l'égard d'Israël. Israël en est à un point tel que, quel que soit le niveau de critique, il ne s'arrêtera pas, le seul langage qu'il comprend étant celui des sanctions et de la force.


Le fait qu'Erdoğan, qui a été le plus grand défenseur de la Palestine depuis Davos et même avant, soit maintenant accusé par ceux qui considèrent le Hamas comme une organisation terroriste, correspond-il à une soudaine prise de conscience de l'opposition ?


J'aimerais vraiment que ce soit le cas. Dans ce cas, nous pourrions nous réjouir qu'au moins Erdoğan ne soit plus seul sur la question palestinienne, et que maintenant que l'opposition est de son côté, ils puissent lutter plus efficacement ensemble. Cependant, la question de Gaza n'a été découverte que comme un thème très favorable pour faire pression sur Erdoğan lors des élections, et comme une source de profit politique inattendue pour l'opposition. Des gens que nous n'avons jamais vus sur les places ou sur le terrain pour Gaza depuis le tout début tentent soudain de soulever une tempête sur la question du commerce avec Israël. Le commerce, s'il y en a un, mérite bien sûr des protestations, mais n'est-ce pas contre l'agression d'Israël qu'il faut protester avant de protester contre le commerce avec lui ? Quel est l'intérêt de cibler Erdoğan, peut-être le seul dirigeant au monde à pouvoir critiquer Israël au plus haut niveau, alors que les États-Unis, l'Europe et tant de dirigeants arabo-musulmans dans le monde soutiennent l'agression israélienne ?


C'est la revanche d'Israël contre Erdogan en se moquant de lui. Ces opportunistes politiques jouent également le rôle de preneurs de revanche d'Israël en ciblant Erdoğan, qui a peut-être apporté le soutien le plus significatif et le plus efficace à la Palestine dès le premier moment, et en se tenant au côté d'Özgür Özel, qui a qualifié le Hamas d'organisation terroriste, et qui a crié au monde entier que le Hamas n'était pas une organisation terroriste.


Ainsi, Israël a mené l'attaque la plus efficace contre Erdoğan, qui a été la plus grande source d'inconfort pendant des années, sans le toucher. Le diable a de nombreux tours, mais dans ce cas, il utilise les tours les plus simples pour s'attaquer à ceux qui se croient très intelligents.

#Gaza
#Palestine
#Israël
#politique
#Recep Tayyip Erdoğan
#Turquie
#Türkiye
#Yasin Aktay
٪d أشهر قبل
Être digne de pouvoir aider Gaza
La montée de la droite en Europe et l’élection présidentielle américaine
Les Turcs de l'Est et les Turcs de l'Ouest établissent une union missionnaire après cent ans
Nouvelles analyses concernant les universités en Türkiye et en Angleterre, et le facteur d’internationalisation
Des temps difficiles pour le CHP
La réaction Black effraie Biden !