|

Rafah: la "ligne rouge" fluctuante de Biden

Où est vraiment la "ligne rouge" de Joe Biden? Alors que Rafah subit des bombardements incessants, la Maison Blanche continue de juger qu'Israël n'a pas lancé contre cette ville du sud de la bande de Gaza une offensive "majeure", susceptible de remettre en cause le soutien américain.

La rédaction
10:59 - 29/05/2024 mercredi
AFP
Le président des États-Unis, Joe Biden.
Crédit Photo : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Le président des États-Unis, Joe Biden.
"Le mot 'tragique' ne suffit pas à décrire"
ce qui s'est passé, a réagi mardi la vice-présidente Kamala Harris, interrogée sur la frappe aérienne israélienne qui a fait dimanche soir 45 morts, selon le ministère de la Santé à Gaza, et mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain John Kirby a lui déploré mardi une
"perte horrible de vies humaines"
, et a indiqué attendre les résultats de l'enquête menée par les Israéliens.

Il a toutefois ajouté que la Maison Blanche ne voyait toujours pas d'
"opération terrestre majeure"
contre Rafah, et que par conséquent il n'y aurait
"pas de changement de la politique"
américaine de soutien à Israël.

"Une opération terrestre majeure, ce serait des milliers et des milliers de militaires"
agissant
"de manière coordonnée contre plusieurs objectifs sur le terrain"
a-t-il dit.

"Pas une grosse bombe"


"Les Israéliens ont dit qu'ils utilisaient (à Rafah) des bombes de 37 livres"
soit environ 17 kilos,
"des munitions guidées de précision"
, a encore indiqué John Kirby, ajoutant:

37 livres ce n'est pas une grosse bombe.

"Si c'est cela qu'ils utilisent, cela indique certainement un effort pour être ciblé et précis",
a-t-il jugé.

Le président américain ne s'est pas exprimé lui-même sur la frappe de dimanche, qui a suscité une vague d'indignation internationale.

Colin Clarke, du centre de recherches new-yorkais Soufan Group, constate:


Dans une année électorale, les lignes rouges (de Joe Biden) sont de plus en plus brouillées.

"Il est sous la pression des démocrates progressistes à cause du bilan toujours plus lourd de victimes civiles palestiniennes, et sous celle des démocrates pro-Israël"
, explique-t-il, en prédisant que le démocrate de 81 ans, qui briguera un second mandat en novembre, va
"continuer à louvoyer (...) au gré des événements sur le terrain".

"Je l'ai dit clairement à Bibi (Benjamin Netanyahu, ndlr) et au cabinet de guerre, ils n'auront pas notre soutien s’ils entrent vraiment dans les centres de population"
de Rafah, avait expliqué le président américain le 8 mai sur CNN, en se disant prêt à interrompre certaines livraisons d'armes à Israël.

"C'est une ligne rouge"
, avait-il déclaré, le 9 mars 2024, sur la chaîne MSNBC, à propos d'une offensive majeure à Rafah.

Élection


Depuis les attaques incessantes de l'armée israélienne sur la bande de Gaza, Joe Biden a offert à Israël un soutien quasiment inconditionnel, tout en critiquant ponctuellement la manière dont l'armée israélienne mène ses opérations à Gaza.

Ce positionnement a suscité la colère de l'électorat d'origine arabe et d'une partie de l'électorat progressiste contre Joe Biden.


"Le président est l'un de ces rares politiciens qui agit selon sa conviction profonde plutôt que pour son propre bénéfice électoral"
, avance Gordon Gray, professeur à la George Washington University, en notant que:

Toute (sa) carrière avait été marquée par un soutien sans ambiguïté à Israël. 

Le démocrate de 81 ans n'est pas le premier président américain à buter ainsi sur une "
ligne rouge"
exprimée publiquement en matière de politique internationale.

Son prédécesseur Barack Obama (2009-2017) avait déclaré en 2012 que l'utilisation d'armes chimiques par le président syrien Bachar al-Assad en serait une, qui exigerait une réponse militaire américaine. 


Un an plus tard, quand près de 1.500 personnes, dont des centaines d'enfants, étaient mortes dans une attaque chimique près de Damas, imputée au régime, il n'avait pourtant pas déclenché de frappes américaines.


À lire également:




#États-Unis
#Joe Biden
#Rafah
#Gaza
#Palestine
#Israël
#Génocide
#Crime
#Politique
#Barack Obama
il y a 1 mois