|
Les débats autour de la liberté d’expression et de l’antisémitisme dans les universités américaines

La semaine dernière, les rectrices de trois des plus prestigieuses universités américaines - Harvard, MIT et UPenn - ont témoigné lors d'une audition publique à la Chambre des représentants. Les rectrices étaient accusées de ne pas avoir empêché la montée de l'antisémitisme et le harcèlement des étudiants juifs sur leurs campus. Au cours de l'audition, la réponse de Liz Magill, rectrice d'UPenn, à une question de Liz Stefanik, représentante de l'État de New York, a déclenché une tempête de feu qui a abouti à la démission de la rectrice. À la suite de l'incident, pour lequel Stefanik a tweeté "un de moins, il en reste deux", le débat sur les limites de la liberté d'expression dans les universités continue de s'intensifier. Dans l'article de la semaine dernière, j'ai écrit que les groupes de pression pro-israéliens se concentrent sur la stigmatisation des manifestations pro-palestiniennes et des critiques d'Israël comme étant de l'antisémitisme. On peut dire que le recteur de l'UPenn est l'une des victimes de cette campagne.


LES LIMITES DE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION


Dans le système d'enseignement supérieur américain, les universités d'États, qui correspondent aux universités d'État en Türkiye, sont tenues de respecter les articles de la constitution. Pour les universités privées, l'article 1 de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d'expression, n'est pas directement contraignant. Les universités privées peuvent établir leurs propres règles et règlements et imposer des restrictions et, dans la pratique, elles tentent d'appliquer la liberté d'expression de manière très large au nom de la liberté académique. Dans le passé, des universités privées ont annulé des programmes ou des manifestations au nom de la sécurité lorsqu'elles les jugeaient provocateurs et annonçaient des troubles, et l'impression est largement répandue que les groupes républicains de droite sont plus susceptibles de bénéficier de telles restrictions. En ce qui concerne les manifestations pro-palestiniennes, nous avons vu de telles restrictions imposées même sur des campus comme celui de Columbia, connu pour être très libéral, et même des groupes d'étudiants ont été interdits.


Ces restrictions et interdictions ne limitent pas seulement la liberté d'expression, mais nuisent également à la réputation de ces universités. Néanmoins, il n'est pas possible d'affirmer que ces restrictions sont contraires à la loi dans les universités privées. Comme les dispositions constitutionnelles ne sont pas contraignantes pour les universités privées, les politiciens tentent d'exercer une pression sur ces institutions de différentes manières. Les universités privées qui reçoivent des fonds du gouvernement fédéral ou des États pour divers projets doivent se conformer aux lois fédérales anti-discrimination. Ces lois interdisent la discrimination à l'encontre des groupes ethniques ou religieux. C'est ainsi que les politiciens du Congrès américain ont le droit d'interroger les présidents d'universités privées sur ce qu'ils ont fait et feront dans de tels cas de discrimination.


L'IMPACT DES MANIFESTATIONS PRO-PALESTINIENNES SUR LE MONDE UNIVERSITAIRE


Lors de l'audition susmentionnée au Congrès, il était clair que les rectrices avaient été préparées par les avocats des universités, car en tentant de répondre aux questions "pièges" des politiciens dans un langage juridique, elles ont donné au public l'impression qu'elles ne luttaient pas contre l'antisémitisme. La question de la représentante Stefanik était de savoir si "l'appel au génocide des Juifs" était conforme au règlement de l'école. La vidéo est devenue virale lorsque la rectrice de l'UPenn, Mme Magill, a donné la réponse juridique suivante : "L'expression peut constituer un harcèlement si elle est suivie d'effet". Ces déclarations ont été présentées comme la preuve que les rectrices concernées ne luttaient pas contre l'antisémitisme et les appels au génocide et qu'elles étaient insensibles aux menaces pesant sur la sécurité des étudiants juifs. Lorsque la représentante Stefanik a posé la question comme si un tel appel avait été lancé et que la rectrice Magill a répondu qu'aucun incident de ce type n'avait eu lieu, une importante controverse a éclaté.


Ce que la députée Stefanik entendait par appel au génocide était le slogan des manifestants pro-palestiniens "Libérez la Palestine du fleuve à la mer". Les groupes de pression pro-israéliens tentent de faire reconnaître ce slogan comme une déclaration antisémite et génocidaire visant à la destruction d'Israël. Après l'audition, quelque 70 membres du Congrès ont envoyé des lettres aux conseils d'administration des trois universités, demandant que les rectrices soient démises de leurs fonctions. La presse a également rapporté que l'un des principaux donateurs de l'UPenn avait menacé de retirer un don de 100 millions de dollars. Après la démission de la rectrice Magill, sous le poids de ces pressions et de ses piètres performances devant les caméras, les regards se sont tournés vers d'autres recteurs. Les médias ont rapporté que les professeurs de Harvard ont défendu leurs recteurs dans une lettre envoyée au conseil d'administration, mais même cela montre l'ampleur de la pression exercée sur les universités.


On ne peut pas dire que cette pression sur le monde universitaire américain soit nouvelle, mais on peut dire qu'elle a pris une toute autre dimension après les massacres perpétrés par Israël à Gaza. Il est clair que les groupes pro-israéliens, incapables d'expliquer les actions d'Israël à Gaza et incapables de trouver une solution à l'indignation des jeunes, jouent la carte de l'antisémitisme. En condamnant publiquement les universités privées au motif qu'elles n'empêchent pas la discrimination contre les groupes ethniques et religieux, ces groupes visent à limiter et à interdire les slogans et la rhétorique pro-palestinienne. Alors que les évangéliques et les groupes chrétiens sionistes parmi les conservateurs républicains apportent un soutien inconditionnel à Israël, le rôle des conservateurs qui n'aiment pas les libéraux dans les universités ne doit pas être sous-estimé. On peut dire que la pression exercée par les groupes pro-israéliens sur le monde universitaire par le biais de leur influence sur le Congrès a partiellement joué contre les groupes pro-palestiniens. Cependant, il est clair que ce succès limité ne suffira pas à légitimer les actions d'Israël à Gaza aux yeux de la jeune génération.

#Palestine
#Moyen-Orient
#USA
#manifestations
#université
#Kadir Üstün
7 ay önce
Les débats autour de la liberté d’expression et de l’antisémitisme dans les universités américaines
Nous nous orientons vers un chaos régional
Srebrenica, Gaza: Sİ tu oublies, tu meurs !
La déclaration finale du sommet de l’OTAN et les priorités de la Türkiye
L'île qui rafraîchit les mémoires: Et s'ils avaient réussi ?
L’ancien et le nouvel OTAN