|

La Cour africaine des droits de l'homme appelle la Tanzanie à abolir la peine de mort

La Cour africaine des droits de l'homme et des peuples a exhorté jeudi la Tanzanie à abroger la peine de mort pour honorer le droit à la vie.

16:45 - 7/06/2024 vendredi
AA
La présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, s'exprime lors du Forum sur l'énergie d'Oslo, en Norvège, le 14 février 2024.
Crédit Photo : Ole Berg-Rusten / AFP
La présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, s'exprime lors du Forum sur l'énergie d'Oslo, en Norvège, le 14 février 2024.

Le tribunal a accordé un ultimatum de six mois à la Tanzanie pour retirer la peine de mort de ses statuts légaux. Une décision prise après avoir rendu son jugement sur deux affaires distinctes, impliquant Nzigiyimana Zabron, un ressortissant burundais, et le Tanzanien Dominick Damian, tous deux reconnus coupables de meurtre, qui croupissent dans le couloir de la mort de la prison centrale de Butimba, à Mwanza, depuis 12 ans, en attendant leur exécution.


Le tribunal a réitéré que la peine capitale obligatoire constituait une violation de la Charte africaine.


"La Tanzanie viole de manière flagrante le droit à la vie en imposant des peines de mort obligatoires sans pouvoir discrétionnaire judiciaire. La mort par pendaison est cruelle, inhumaine et viole le droit à la dignité"
, a indiqué le tribunal continental.

Les responsables tanzaniens ont exprimé leur indignation et déclaré que le pays avait maintenu la loi en raison de la nécessité de la peine de mort pour dissuader les crimes odieux.

"Il s'agit d'une atteinte à notre souveraineté. La Cour va trop loin en dictant des changements dans notre système juridique. Nous ferons appel pour protéger notre autonomie juridique"
, a déclaré Sarah Mwaipopo, procureure générale adjointe de Tanzanie, à Anadolu.

Malgré les appels incessants de la Cour, la peine de mort reste inscrite dans le code pénal tanzanien.

La Tanzanie n'a pas exécuté de condamné depuis près de 30 ans. Au lieu de cela, les prisonniers croupissent dans le couloir de la mort jusqu'à leur mort, avec plus de 490 détenus actuellement dans les limbes.

Les militants des droits de l'homme ont exprimé leur indignation.
"La peine de mort n'a pas sa place dans une société civilisée. Elle devrait être abolie",
a déclaré à Anadolu Anna Henga, directrice du groupe de défense du Centre juridique et des droits de l'homme.

À lire également:





#Afrique
#Abolition de la peine de mort
#Ambassadeur de Tanzanie
#Cour africaine des droits de l’homme
il y a 2 mois