|

La Libye renvoie près de 250 migrants en situation irrégulière

Les autorités en Libye ont renvoyé mardi près de 250 migrants irréguliers tchadiens et nigériens vers leurs pays d'origine, dans le cadre d'une coordination entre les régions rivales libyennes.

18:30 - 29/11/2023 mercredi
MAJ: 18:50 - 29/11/2023 mercredi
AFP
Les migrants attendent le traitement lors d'une opération d'expulsion par le ministère de l'Intérieur dans le gouvernement basé à Tripoli. Crédit photo: Mahmud Turkia / AFP
Les migrants attendent le traitement lors d'une opération d'expulsion par le ministère de l'Intérieur dans le gouvernement basé à Tripoli. Crédit photo: Mahmud Turkia / AFP
Au total,
120 Nigériens
ont été rapatriés sur un vol au départ de Tripoli et à destination de Niamey en coordination avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), selon une source de l'Organe de lutte contre la migration clandestine.

Par ailleurs,
128 Tchadiens
vont être acheminés jusqu'à la frontière entre la Libye et le Tchad par la route en coordination avec les autorités de l'est du pays, selon l'Organe de lutte rattaché au ministère de l'Intérieur et chargé de piloter ces opérations coordonnées entre l'ouest, l'est et le sud.

Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 et divisée entre autorités rivales de l'est et de l'ouest, la Libye est devenue une plaque tournante pour des dizaines de milliers de migrants cherchant à gagner l'Europe par la mer.

Ils tombent souvent aux mains de groupes criminels qui les séquestrent pour leur soutirer de l'argent en contrepartie de leur liberté.


"Nous avons tous payé un prix fort à cause de ces groupes qui tentent de faire du commerce non seulement avec les ressortissants du Niger et du Tchad, mais aussi de pays plus lointains d'Afrique et d'Asie pour les faire passer en Europe"
, a indiqué lors d'une conférence de presse Moussa al-Koni, vice-président du Conseil présidentiel libyen.

Selon lui, face à ces
"réseaux criminels de trafiquants entre la Libye, le Tchad et le Niger"
, il faut que
"les pays de départ et de transit coopèrent avec les pays de destination".
Il a dit:

C'est un effort collectif qui permettra à ces personnes de rester dans leurs pays et d'y vivre dans la dignité.

Selon les chiffres de l'OIM, sur la base de données récoltées l'été dernier, plus de 700 000 migrants sont présents sur le territoire libyen, principalement des Nigériens et des Égyptiens.

Une réunion s'est tenue lundi à Tripoli entre le ministre de l'Intérieur, Imed Trabelsi, et le directeur de l'OIM pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord en visite en Libye, Othman Belbeisi, dans le but d'établir un mécanisme technique et financier pour le retour dans leur pays des étrangers en situation irrégulière.


À lire également:



#Libye
#Afrique
#migration
#migrants
#migration clandestine
#Tchad
#Niger
il y a 6 mois