|

Mali: Création d'un organe de dialogue inter-maliens

Le Comité de pilotage du dialogue inter-maliens pour la paix et la réconciliation nationale, tel qu'établi par décret, est chargé de préparer et d'organiser ce dialogue crucial pour l'avenir du pays.

La rédaction
12:54 - 28/01/2024 dimanche
MAJ: 16:14 - 28/01/2024 dimanche
AA
L'actuel chef du gouvernement malien Choguel Kokalla Maiga, le 28 mai 2021.
Crédit Photo : Michele Cattani / AFP
L'actuel chef du gouvernement malien Choguel Kokalla Maiga, le 28 mai 2021.

Le président de la transition au Mali, Assimi Goïta, a pris une décision majeure en créant un organe de dialogue inter-maliens dans le but de parvenir à la paix et à la réconciliation nationale. Cette initiative fait suite à l'officialisation de la fin de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger et conclu en 2015 avec les groupes armés indépendantistes du nord.


Cet organe national, nommé
"Comité de pilotage du dialogue inter-maliens pour la paix et la réconciliation nationale"
, a pour mission de préparer et d'organiser ce dialogue, selon les termes du décret signé par le président de la transition au Mali, le colonel Assimi Goïta. La composition de ce comité inclut un président, un vice-président, un rapporteur général, un rapporteur général adjoint ainsi que des membres, et il relèvera directement du président de la transition.

Le président du Comité aura pour responsabilité de diriger, coordonner et contrôler les activités de cet organe, en rendant compte au Président de la transition. De plus, l'organe élaborera les termes de référence du dialogue et les soumettra à l'approbation d'un atelier national qu'il organisera. Il assurera également la programmation, la coordination et la supervision des différentes activités du dialogue à l'intérieur du pays et à l'extérieur.


La création de ce comité entérine la dénonciation par les autorités de Bamako de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, qui était longtemps considéré comme primordial pour la stabilisation du Mali, en proie à l'insécurité depuis 2012.

Suite à cette décision, le chef du gouvernement Choguel Kokalla Maïga a souligné dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux que désormais, les négociations se dérouleront à l'intérieur du pays et non plus dans un pays étranger. Le Cadre stratégique permanent (CSP), une alliance de groupes armés ayant signé l'accord de 2015 avant de reprendre les armes, a pris acte de la décision des autorités de Bamako, tout en soulignant que cette décision remet en cause les principes d'unité du Mali mentionnés dans l'accord d'Alger.


Le gouvernement de la Transition du Mali a mis fin à l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en 2015 entre les autorités et les groupes rebelles du nord, avec effet immédiat. Cette décision est justifiée par le changement de posture de certains groupes signataires de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui sont devenus des acteurs terroristes et sont poursuivis par la justice, selon le porte-parole du gouvernement.


À lire également:



#Mali
#Transition
#Accords d'Alger
#Assimi Goïta
#Comité de pilotage du dialogue inter-malien pour la paix
#réconciliation nationale
#organe de dialogue inter-malien
il y a 4 mois