|

Premier ministre: le Pakistan veut la paix avec l'Inde, mais le Cachemire demeure un enjeu majeur

Le Premier ministre pakistanais Anwaarul Haq Kakar a déclaré, vendredi, que son pays souhaitait la paix avec tous ses voisins, y compris l'Inde, mais que le Cachemire restait "la clé de la paix" avec New Delhi.

09:32 - 23/09/2023 samedi
MAJ: 09:10 - 23/09/2023 samedi
AA
Anwar ul Haq Kakar, premier ministre par intérim du Pakistan lors de l'Assemblée générale des Nations Unies. Crédit Photo: Bryan R. Smith / AFP
Anwar ul Haq Kakar, premier ministre par intérim du Pakistan lors de l'Assemblée générale des Nations Unies. Crédit Photo: Bryan R. Smith / AFP

Dans son discours prononcé devant la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, Kakar a déclaré que le Pakistan souhaitait entretenir des relations pacifiques et productives avec tous ses voisins.


"Le conflit du Jammu-et-Cachemire est l'une des plus anciennes questions à l'ordre du jour du Conseil de sécurité (et) l'Inde s'est soustraite à la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité, qui préconisent que le sort final du Jammu-et-Cachemire soit décidé par son peuple, dans le cadre d'un référendum supervisé par les Nations unies"
, a-t-il déclaré.

Rappelant les démarches unilatérales du gouvernement indien en août 2019, il a déclaré que New Delhi avait déployé 900 000 soldats dans le
"Jammu-et-Cachemire illégalement occupé",
afin d'imposer une solution aux Cachemiris.

"À cette fin, l'Inde a imposé des blocus et des couvre-feux prolongés, emprisonné tous les véritables dirigeants du Cachemire, réprimé violemment les manifestations pacifiques et recouru à des exécutions extrajudiciaires de Cachemiris innocents"
, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre pakistanais a ajouté que les autorités indiennes n'avaient même pas autorisé une mission du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme à se rendre au Cachemire.

Il a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à mettre en œuvre sa résolution sur le Cachemire.


Kakar a également condamné les attaques terroristes transfrontalières menées contre le Pakistan par le TTP (Tehreek-e-Taliban Pakistan), Daech et d'autres groupes terroristes opérant à partir de l'Afghanistan.

Nous avons sollicité le soutien et la coopération de Kaboul pour empêcher ces attaques. Nous prenons également les mesures nécessaires pour mettre fin à ce terrorisme.

Montée de l'islamophobie


Evoquant l'islamophobie, Kakar a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'un phénomène nouveau, mais qu'il avait pris des proportions épidémiques après les attentats du 11 septembre, comme en témoignent le profilage négatif des musulmans et les attaques contre des sites et des symboles islamiques, tels que les récents autodafés publics du Saint Coran.


Il a salué la loi adoptée par le Danemark et la législation envisagée par la Suède et a déclaré que le Pakistan et les pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) proposeraient d'autres mesures pour lutter contre l'islamophobie, notamment la nomination d'un envoyé spécial, la création d'un centre de données sur l'islamophobie, la mise en place d'une assistance juridique pour les victimes et d'un processus de reddition de comptes pour lutter contre les infractions à caractère islamophobe.


Le premier ministre Pakistanais a également salué les progrès réalisés pour mettre fin aux conflits qui sévissent en Syrie et au Yémen.


"Nous saluons en particulier la normalisation des relations entre le Royaume d'Arabie saoudite et la République islamique d'Iran ",
a-t-il déclaré.

Kakar a également abordé la question de la Palestine et a déclaré que la tragédie palestinienne se poursuivait avec les raids militaires israéliens, les frappes aériennes, l'expansion des colonies et l'expulsion des Palestiniens, déclarant :
"Une paix durable ne peut être établie que par une solution à deux États et la création d'un État palestinien viable et d'un seul tenant, dans les limites des frontières d'avant juin 1967, avec Al Quds Al Sharif (la ville de Jérusalem) comme capitale".

Le changement climatique


S'agissant du changement climatique et de ses répercussions sur son pays, Kakar a déclaré que le Pakistan était l'un des pays les plus durement touchés par ce phénomène.

"Les inondations catastrophiques de l'été dernier ont submergé un tiers de notre pays, tué 1 700 personnes et déplacé plus de 8 millions d'autres, détruit des infrastructures vitales et causé plus de 30 milliards de dollars de dommages à l'économie pakistanaise".

Il a appelé la communauté internationale à respecter les engagements qu'elle a pris lors de la COP28 en matière de changement climatique, à savoir allouer plus de 100 milliards de dollars par an au financement de la lutte contre le changement climatique, et a déclaré que l'engagement de plus de 10,5 milliards de dollars pris lors de la conférence de Genève avec le Pakistan en janvier dernier devait être respecté.


Lutte contre le terrorisme


Le premier ministre pakistanais a déclaré qu'il fallait lutter contre tous les terroristes sans discrimination, y compris contre la menace croissante que représentent les groupes d'extrême droite et les groupes fascistes, tels que les extrémistes inspirés par l'Hindutva, qui menacent de génocide les musulmans et les chrétiens de l'Inde.

Nous devons également combattre le
"terrorisme d'État, ainsi que nous attaquer aux causes profondes du terrorisme, telles que la pauvreté, l'injustice et l'occupation étrangère, et faire la distinction entre les véritables mouvements de lutte pour la liberté et le terrorisme"
, a-t-il déclaré.

À lire également :





#Pakistan
#78 ème Assemblée générale de l'ONU
#Anwaarul Haq Kakar
#changements climatique
#Inde
#Islamophobie
#Jammu-et-Cachemire
il y a 10 mois