|

RDC: manifestation contre le Rwanda et ses "soutiens" occidentaux à Goma

Des manifestants anti-Rwanda ont brûlé les drapeaux de pays occidentaux lundi à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, les accusant de soutenir Kigali à travers la rébellion du M23.

17:19 - 19/02/2024 Pazartesi
AFP
Des manifestants se réunissent pour protester contre le silence de la communauté internationale face à la crise persistante dans l'Est de la République démocratique du Congo, et pour exprimer leur soutien à l'armée congolaise et à la milice pro-gouvernementale Wazalendo, à Goma, le 19 février 2024.
Crédit Photo : GUERCHOM NDEBO / AFP
Des manifestants se réunissent pour protester contre le silence de la communauté internationale face à la crise persistante dans l'Est de la République démocratique du Congo, et pour exprimer leur soutien à l'armée congolaise et à la milice pro-gouvernementale Wazalendo, à Goma, le 19 février 2024.
La province du Nord-Kivu, dont Goma est le chef-lieu, est en proie depuis fin 2021 à un conflit qui oppose le M23 ("Mouvement du 23 mars"), appuyé par des unités de l'armée rwandaise, à l'armée congolaise associée notamment à des groupes armés dits
"patriotes".

Certains couverts du drapeau de la RDC, bandeau rouge autour de la tête, les manifestants, qui étaient plusieurs dizaines, ont piétiné les drapeaux des États-Unis, de l'Union européenne, de la France ou encore de la Pologne.

Militant du mouvement Lucha (Lutte pour le changement), Espoir Mwinuka a déclaré:


Nous sommes dans la rue pour dénoncer les crimes dont les Congolais sont victimes.

"Le Rwanda nous tue chaque jour et est soutenu par la communauté internationale, c'est pourquoi nous avons brûlé ces drapeaux"
, a-t-il ajouté.

Sur les pancartes, on pouvait lire :
"Stop aux massacres en RDC", "France = M23/Rwanda", "être silencieux, c'est être complice".

Partis du centre-ville, les manifestants, essentiellement des jeunes hommes, ont marché jusqu'à la route menant vers Sake, avant de faire demi-tour.

Les combats se sont intensifiés récemment au niveau de Sake, ville située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Goma et considérée comme un dernier "verrou" sur la route de la capitale provinciale. Samedi, l'armée congolaise a accusé le Rwanda d'avoir attaqué avec "des drones" l'aéroport de Goma.


La manifestation avait été interdite par la mairie de Goma mais s'est déroulée dans le calme, rencontrant par endroits les forces de la police ou l'armée sans accrochage.


À lire également:





#RDCongo
#conflit
#manifestation
#Rwanda
#M23
#groupe armé
#Nord-Kivu
#Goma
3 ay önce