|

Sénégal: les soutiens du candidat Bassirou Diomaye Faye exigent sa libération

Les partisans de Bassirou Diomaye Faye, candidat d'opposition actuellement en détention dans le cadre de l'élection présidentielle reportée au Sénégal, ont demandé sa "libération immédiate" au nom "de l'égalité de traitement", selon un communiqué.

10:13 - 19/02/2024 lundi
AFP
Le candidat à l'élection présidentielle au Sénégal, écroué depuis 2023, Bassirou Diomaye Faye.
Crédit Photo : Média X / Archive
Le candidat à l'élection présidentielle au Sénégal, écroué depuis 2023, Bassirou Diomaye Faye.
"Tous les candidats doivent être soumis au principe constitutionnel de l'égalité de traitement. C'est pourquoi la libération sans délai du candidat Bassirou Diomaye Diakhar Faye est une exigence populaire et respectueuse de la Constitution"
, indique le communiqué de Diomaye Président, la coalition qui le soutient.

Elle souligne également
"la nécessité de libérer urgemment le président Ousmane Sonko, leader de l'opposition".

Ousmane Sonko est le dirigeant du parti d'opposition dissous Pastef, dont la candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel qui avait en revanche retenu celle de M. Faye, son numéro deux.

M. Sonko est écroué depuis juillet 2023 pour appel à l'insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l'État.


Bassirou Diomaye Faye est lui en détention préventive depuis avril 2023. Le fait qu'il n'ait pas encore été jugé et condamné est apparemment la raison pour laquelle sa candidature avait été retenue par le Conseil constitutionnel.


Fin janvier, l'Union européenne avait jugé
"très important que les candidats qui ont été retenus par le Conseil constitutionnel puissent faire campagne en toute égalité"
avec leurs adversaires.

Plusieurs dizaines d'opposants ont été libérés ces derniers jours, un geste d'apaisement du régime du président Macky Sall qui ne reconnaît pas l'existence de prisonniers politiques au Sénégal.

"Tout en se félicitant de la libération des détenus politiques",
la coalition Diomaye Président
"demande que tous les prisonniers politiques encore injustement incarcérés soient immédiatement libérés".

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho) s'est félicitée dans un communiqué de la libération de ces personnes "injustement" détenues, pour certaines depuis plus de deux ans.

"Selon des sources concordantes, 664 détenus auraient recouvré la liberté et rejoint leur famille"
entre jeudi et vendredi, selon la Raddho.

"Cette vague de libérations ne doit pas nous faire oublier que la plupart des personnes qui ont retrouvé aujourd'hui la liberté avaient été arbitrairement arrêtées et illégalement détenues dans des conditions extrêmement inhumaines"
, affirme le communiqué.

L'ONG juge
"impératif, dans un pays dont la Constitution proclame que la personne humaine est 'sacrée' et 'inviolable' et que, 'l'État a l'obligation de la respecter et de la protéger', que les conditions d'arrestation et de détention des personnes soient respectueuses de la dignité humaine".

Le Sénégal est entré en crise début février à la suite du report de la présidentielle, initialement prévue le 25 février, au 15 décembre.


Cet ajournement a été invalidé jeudi par le Conseil constitutionnel qui a exigé que le scrutin se tienne
"dans les meilleurs délais"
, une décision que s'est engagé à respecter le président Sall, dont le mandat de cinq ans expire le 2 avril.

À lire également:





#Sénégal
#politique
#élections
#report de l'élection
#opposition
#Ousmane Sonko
#Macky Sall
#Bassirou Diomaye Faye
il y a 4 mois