|

COP28 à Dubaï : c'est quoi, la COP ?

La COP28, qui se tient du 30 novembre au 12 décembre à Dubaï, sera la 28e édition du grand rendez-vous international annuel sur le climat sous l'égide de l'ONU. Explications sur ses origines, son fonctionnement et ce qu'il faut en attendre.

10:48 - 27/11/2023 Pazartesi
MAJ: 11:01 - 27/11/2023 Pazartesi
AFP
Crédit photo: Karim SAHIB / AFP
Crédit photo: Karim SAHIB / AFP

Qu'est-ce que ça veut dire?


COP signifie conférences des parties ("conference of the parties" en anglais). Elle réunit les 198 "parties", c'est-à-dire les 197 Etats et l'Union européenne signataires de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).


Celle-ci est l'une des trois conventions de Rio de Janeiro, adoptées lors du "Sommet de la Terre de Rio" en 1992.


Les COP se tiennent chaque année depuis 1995 dans une ville différente, avec généralement une alternance de continent. Elles sont numérotées dans l'ordre chronologique. Cette année, les Emirats arabes unis accueillent la COP28 après avoir vu leur candidature soutenue par les pays d'Asie Pacifique. L'an dernier, la COP27 s'est déroulée en Afrique, en Egypte. La COP29 sera le tour de l'Europe de l'Est, dans une ville non encore choisie, et le Brésil de Lula souhaite accueillir la COP30 en 2025.


En même temps que les COP se tiennent aussi les conférences des parties au protocole de Kyoto (dites CMP) et des 195 parties à l'accord de Paris de 2015 (dites CMA).

A noter:
il existe des COP pour plusieurs autres conventions ou traités des Nations unies, portant sur d'autres sujets comme la désertification ou la protection des zones humides. Celle sur la biodiversité se tient seulement tous les deux ans, et sa dernière édition, la COP15 de Montréal, a abouti un accord mondial inédit.

A quoi sert la COP Climat?


Les négociations entre dirigeants doivent déboucher sur un texte final, adopté par consensus et non par vote, ménageant les différences d'intérêts et de position tout en visant idéalement des progrès sur la lutte contre le changement climatique.


En marge de ces négociations, qui débordent généralement sur le calendrier prévu, se réunissent divers lobbyistes, représentants d'ONG ou d'organisations internationales, qui y multiplient les annonces et engagements volontaires.


Lors de certaines éditions, les discussions entre dirigeants n'aboutissent sur rien de majeur.


En 2009, la COP15 à Copenhague échoue ainsi à parvenir à un accord mondial, même si elle accouche in extremis d'un texte politique impliquant Chine et Etats-Unis. D'autres éditions ont en revanche marqué l'histoire plus positivement, à commencer par la COP21 en 2015. 

Elle donne naissance à l'accord de Paris, premier pacte engageant l'ensemble de la communauté internationale avec comme objectif de maintenir la hausse de la température moyenne mondiale
"bien en deçà de 2°C"
par rapport à l'ère pré-industrielle et, si possible, de limiter la hausse à 1,5°C.

La COP26 à Glasgow (2021) désigne pour la première fois les "combustibles fossiles" et le "charbon" première cause du réchauffement climatique.


A quoi faut-il s'attendre?


La COP28 à Dubaï devrait réunir un record de participants, plus de 70.000, selon la présidence émiratie.


Le choix du patron de la compagnie pétrolière émiratie Adnoc, Sultan Al Jaber, pour présider l'événement a été critiqué par les défenseurs de l'environnement, mais défendu par d'autres qui y voient l'occasion de parler concrètement de la transition énergétique dans la principale région productrice de pétrole.


Sultan Al Jaber, président de la COP28

La présidence émiratie prépare de multiples annonces d'engagements volontaires de pays et/ou d'entreprises, souvent à horizon 2030: tripler la capacité des renouvelables dans le monde, doubler l'amélioration de l'efficacité énergétique, doubler la production d'hydrogène...


Mais ces engagements n'auront pas la même valeur d'obligation que le texte officiel qui devra être adopté à la fin des deux semaines, et qui prendra la forme du
"bilan mondial"
de l'accord de Paris. La bataille oppose ceux qui souhaitent se contenter du bilan, qui montre indéniablement que les efforts fournis à ce stade sont insuffisants, à ceux qui voudraient y insérer un appel à réduire les énergies fossiles.

Enfin, l'argent fera comme toujours l'objet d'âpres discussions, que ce soit sur les financements promis par les pays riches pour l'adaptation au changement climatique ou sur les modalités de mise en place d'un fonds pour financer les "pertes et dommages" des pays les plus pauvres.


À lire également:




#COP28
#Environnement
#Climat
#Dubai
6 ay önce