|

COP28: Les personnalités à suivre

Si le roi Charles III, le Pape ou le président de la COP28 Sultan Al Jaber feront les gros titres pendant la conférence de l'ONU sur le climat, d'autres personnalités joueront un rôle important dans les négociations. Négociateur, militant, Premier ministre d'un petit État insulaire... ils feront aussi la COP28.

09:58 - 23/11/2023 Perşembe
AFP
Sultan Ahmed Al-Jaber, président émirati de la COP28, à Chennai, en Inde. Crédit photo: R.Satish BABU / AFP
Sultan Ahmed Al-Jaber, président émirati de la COP28, à Chennai, en Inde. Crédit photo: R.Satish BABU / AFP

Xie Zhenhua


L'émissaire de la Chine pour le climat, qui représente le premier émetteur mondial de CO2 lors des COP depuis 2007, est une figure incontournable de ces rendez-vous annuels. Il a notamment participé aux négociations ayant abouti à l'accord de Paris de 2015.


Né en 1949 à Tianjin, il a longtemps travaillé dans le domaine de l'environnement en Chine avant de diriger les équipes de négociations chinoises dans les conférences internationales sur le climat.


Xie Zhenhua lors de la COP27. Crédit photo: AHMAD GHARABLI / AFP

Cet homme au visage rond et aux lunettes à fine monture a noué des relations privilégiées avec son homologue américain John Kerry malgré les relations parfois tendues entre les deux nations.


"Xie Zhenhua est un modèle pour les futurs diplomates du climat. Il est profondément engagé en faveur de l'action climatique et montre une volonté et une capacité à combler le fossé entre la Chine et la communauté mondiale"
, salue Li Shuo, un ancien de Greenpeace qui a rejoint l'Asia Society Policy Institute.

Ineza Umuhoza Grace


En dehors des négociations officielles, la COP28 attirera aussi des voix de la société civile qui entendent peser sur les débats. Par exemple la militante "éco-féministe" rwandaise Ineza Umuhoza Grace, qui a fondé l'ONG The Green Protector dans son pays.


Elle est coordinatrice mondiale de la "Coalition de la jeunesse pour les pertes et dommages" (LDYC), qui regroupe des jeunes du Sud et du Nord réunis pour exiger des mesures pour lutter contre les pertes et dommages causés par le changement climatique dans les pays vulnérables.


Ineza Umuhoza Grace à New York, en avril 2023. Crédit photo: Noam Galai / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Sans surprise, son message à la COP28 sera axé sur ce sujet épineux, qui vient de faire l'objet d'un fragile compromis entre pays pauvres et développés, indique son entourage. La Coalition portera 10 demandes à la COP28, dont la mise en place opérationnelle du fonds pour les pertes et dommages, dont le principe avait été décidé lors de la COP27 l'an dernier.


Simon Stiell


Originaire de la Grenade, il est depuis 2022 secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). A ce titre, il apparaît régulièrement aux côtés du président de la COP (cette année, ce sera l'Emirati Sultan Al Jaber) pendant les grands rendez-vous annuels.


Simon Stiell à Naïrobi, en septembre 2023. Crédit photo: SIMON MAINA / AFP

Même s'il ne dispose d'aucun pouvoir direct, il use de son influence pour pousser les grands pays à être plus volontaristes.
"La COP28 est une opportunité de corriger radicalement notre trajectoire. Saisissons cette chance"
, a-t-il plaidé récemment.

Il avait été auparavant ministre de la résilience climatique et de l'environnement de la Grenade, petit État insulaire des Caraïbes en première ligne face aux conséquences du réchauffement climatique, après une carrière dans des entreprises de technologie.


Mia Mottley


Elle aussi originaire d'un petit État de la Caraïbe, la Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, dispose à la COP d'une audience inversement proportionnelle à la taille de son pays.


Cette avocate de formation au verbe haut est en effet devenue le fer de lance d'une volonté de
"transformation absolue"
du système financier international en faveur du climat.

Mia Mottley à Paris en juin 2023. Crédit photo: Ludovic MARIN / POOL / AFP

"En dépit de sa petite taille, la Barbade a réussi à se faire entendre sur la scène internationale et à influencer le débat sur le système international financier et ceci grâce à la volonté de sa Première ministre",
salue Friederike Roder, de l'ONG Global Citizen.

"Elle a profité de la sortie de la pandémie du Covid et de l'urgence climatique croissante afin de proposer des solutions concrètes. Bien qu’elle ne représente que les citoyens de la Barbade, Madame Mottley s’est faite l’écho de nombreux pays du Sud et des citoyens à travers le monde"
, selon elle.

À lire également :




#COP28
#Mia Mottley
#Simon Stiell
#Ineza Umuhoza Grace
#Sultan Al Jaber
#Xie Zhenhua
6 ay önce