|
Nous avons accueilli un invité de Gaza...

"Menacent-ils le peuple de Gaza avec la mort ? Que peut la mort nous faire, par Allah, pour presque toute la population de Gaza, la mort est quelque chose qu'ils désirent pour rejoindre ceux qui les ont précédés. Les attaques sionistes prolongées pensent qu'elles nous feront capituler, mais cela ne fait qu'accroître notre force de résistance. Que peut arrêter des personnes qui désirent la mort ?"


Mustafa Abu Ali, qui a perdu ses trois enfants, son épouse et sa mère dans les bombardements génocidaires d'Israël à Gaza après le 7 octobre, avait les yeux dans le vague et avalait sa salive en disant ces mots, sa voix devenant un peu sanglotante, puis il se reprenait et disait "Alhamdulillah" en continuant :


"Bien sûr, désirer la mort peut être une sorte d'état d'esprit qui s'est fortement répandu parmi presque toute la population de Gaza durant ce processus, mais nous, le peuple de Gaza, comprenons que la responsabilité de la résistance dépasse le seul peuple de Gaza. La résistance et le fait de devenir martyre ne sont pas une perte, il n'y a pas de défaite sur cette voie. Nous sommes conscients, avec la permission d'Allah, de ce que nous faisons, et nos calculs ne concernent certes pas seulement ce monde. Nous avons la responsabilité de travailler ardemment pour arrêter les atrocités de l'occupation sioniste dans ce monde. Nous essayons de présenter quelque chose que personne d'autre n'a fait ou ne pouvait faire, avec notre stratégie, notre tactique, notre planification, notre exécution."


Chaque mercredi, au centre de la Fondation des Anciens de l'Université Technique du Moyen-Orient (METU) à Ankara, notre invité de la semaine était Mustafa Abu Ali. Il dirige un hôpital et un centre pour personnes handicapées établi par Deniz Feneri (fondation humanitaire) à Gaza. Après avoir passé 10 ans dans une prison israélienne à partir de l'âge de 20 ans, où il a subi toutes sortes de tortures et de traitements inhumains, il a pris cette responsabilité après avoir été libéré. La patience qu'il a dû endurer en prison, Dieu lui a donné en récompense un paradis sur terre sous la forme d'une épouse, avec laquelle il a été béni, disait-il en devenant une fois de plus ému. Avec cette épouse, Dieu lui a également donné trois enfants, chacun plus beau et plus doux que l'autre. Il a toujours pensé compenser les années perdues en prison avec chacun d'eux. Sa mère était une mémorisatrice du Coran et elle participait encore à des compétitions et des examens chaque année pour rafraîchir sa mémoire malgré son âge. Lors du dernier examen, elle avait obtenu 97 sur 100. Ils vivent avec le Coran, se lèvent avec le Coran. Leurs enfants aussi, leur maison aussi, sont constamment illuminés par la lumière du Coran.


Le génocide qui a commencé le 7 octobre a pris tous ces enfants à Mustafa.


Face à toutes ces histoires, les yeux de tous les auditeurs étaient remplis de larmes, des larmes coulaient. Mais il se reprenait rapidement et continuait : "Mon histoire est peut-être l'une des plus typiques de ce qui se passe actuellement à Gaza. Depuis le 7 octobre, lors de ces attaques inhumaines, il y a 50 000 martyrs à Gaza et chacun a une histoire similaire à la mienne. La mienne est parmi eux, ni plus ni moins douloureuse. Il y a des gens qui ont presque tous leurs proches effacés du registre de la population, il ne reste qu'eux-mêmes, qui ont été extraits des décombres. La première chose qu'ils ont faite en sortant a été de remercier Allah et de dire Hasbunallah wa ni’mal wakeel."


Le leader politique actuel du Hamas, Ismail Haniyeh, a également perdu trois enfants et cinq petits-enfants martyrs ces derniers jours. Lorsqu'il a appris la nouvelle, il visitait des blessés de Gaza dans un hôpital à Doha. Il n'a pas perdu son calme un instant, il a dit alhamdulillah et a continué ses visites. "Le sang de mes enfants n'est pas plus précieux que celui des 50 000 personnes tombées en martyrs à Gaza." Avant cela, 60 autres membres de sa famille proche ou éloignée avaient été martyrisés.


Il y a de l'oppression à Gaza, il y a les attaques les plus sauvages, les plus cruelles et les plus barbares que l'histoire de l'humanité puisse voir, bien sûr, mais les habitants de Gaza ne se contentent pas de pleurer l'oppression qu'ils subissent, ils montrent qu'ils résisteront jusqu'à la dernière goutte de leur sang, prouvant à l'humanité qu'il n'y a aucune excuse pour se soumettre à l'oppresseur. Ni la force destructrice et meurtrière de l'oppresseur ne les effraie, ni les biens, les positions, les flatteries, les récompenses qu'il pourrait épargner ou offrir ne les tentent. Le sionisme mondial a asservi le monde entier de cette manière, mais il capitule seulement à Gaza, il ne peut pas la conquérir. Cela le rend fou. Plus il devient fou, plus il devient sauvage, et plus il devient cruel, plus il perd le contrôle, perdant de la crédibilité.


L'intérêt pour Gaza ne vient pas seulement du fait qu'il s'agit d'une situation tragique et inhumaine là-bas. En fait, de nombreux crimes contre l'humanité ont été commis dans le passé et aujourd'hui dans de nombreuses parties du monde. Mais probablement aucun d'eux n'a illuminé les gens comme Gaza et autant que Gaza, en même temps offrant un espoir de liberté. Avec ses souffrances, Gaza ne montre pas seulement sa propre condition, mais à travers cela, elle montre au monde entier le véritable visage d'un système hypocrite, raciste, trompeur et inhumain.


Les habitants de Gaza ne sont pas à plaindre, ils sont à envier, à prendre comme exemple, ils nous font réfléchir sur notre propre situation pitoyable. Sur une question, Mustafa Ebu Ali a expliqué que malgré toutes les souffrances qu'ils endurent, tous les martyrs qu'ils donnent, toutes leurs maisons détruites, personne à Gaza ne blâme la résistance pour ce qui se passe, au contraire, tout le monde soutient de tout cœur le Hamas.


Mustafa Ebu Ali, lui-même, insistait et soulignait qu'il ne voulait pas présenter son histoire comme étant particulièrement spéciale. Il a tellement banalisé ses propres souffrances pour mettre en avant la grande cause de Gaza avec une finesse et une noblesse qui semblent sortir tout droit des épopées.


Alors qu'il essayait d'expliquer que chaque foyer à Gaza avait une histoire comme la sienne ou encore plus grande, la modestie et la noblesse qu'il a montrées disaient beaucoup sur Gaza.


Nous avons salué cette noblesse et posé une seule question à notre invité de Gaza : dans quel genre d'environnement ces belles personnes ont-elles grandi, comme si elles sortaient de l'époque des Sahabah-i Kiram (l'époque des Compagnons) ? Quel établissement d'enseignement les a élevés et comment ?

#Gaza
#Génocide
#Yasin Aktay
1 ay önce
Nous avons accueilli un invité de Gaza...
L’Europe en décomposition
La montée de la droite en Europe et l’élection présidentielle américaine
Les Turcs de l'Est et les Turcs de l'Ouest établissent une union missionnaire après cent ans
Nouvelles analyses concernant les universités en Türkiye et en Angleterre, et le facteur d’internationalisation
Des temps difficiles pour le CHP