|

Au Maroc, l'entraide est "la clé" pour se relever du séisme

Près de trois mois après le séisme qui a frappé le sud du Maroc, les habitants d'un hameau près de Marrakech affrontent l'âpreté de leur quotidien sous la tente en transformant leurs abris précaires en espaces de vie solidaires.

09:55 - 6/12/2023 Çarşamba
MAJ: 10:19 - 6/12/2023 Çarşamba
AFP
Des conteneurs faisant partie d'un camp temporaire mis en place à la suite du tremblement de terre du 8 septembre dans le sud du Maroc.
Des conteneurs faisant partie d'un camp temporaire mis en place à la suite du tremblement de terre du 8 septembre dans le sud du Maroc.

À l'entrée du campement, en contrebas d'une route près de leur douar (village) partiellement détruit, des femmes terminent de préparer le déjeuner, d'autres font la vaisselle ou rangent le pain à peine cuit.


L'électricien du hameau d'Imzilne, situé à 60 km au sud de la grande ville touristique de Marrakech, a réussi à raccorder le campement au réseau de la commune de Ouirgane, et le plombier a installé l'eau courante.


Dans ce douar de 250 habitants, les rares ressources, le savoir-faire et les dons reçus sont partagés, et les missions attribuées à tour de rôle pour
"vivre dans de bonnes conditions"
et éviter que
"chacun ne reste dans son coin"
, explique à l'AFP Taoufiq Jaïdi, qui coordonne la vie communautaire.

Imzilne a perdu trois résidents dans le séisme du 8 septembre, qui a fait près de 3.000 morts et affecté plus de 2 millions d'habitants, dans une région isolée où le taux de pauvreté atteint près du double du niveau national, selon des chiffres officiels.

Les autorités ont débloqué des aides d'urgence, avec un budget annoncé de 11 milliards d'euros pour la reconstruction et le relogement des sinistrés.


A Imzilne,
"certains les ont reçues, d'autres pas encore"
, note M. Jaïdi.

"L'entraide est la clé de notre survie"
, confie Malika Agouray, 48 ans, membre de l'équipe chargée de préparer les repas ce jour-là.

"Le froid m'inquiète"


Des bienfaiteurs privés ou des entreprises publiques ont offert des équipements, tels que des toilettes et douches mobiles installées par le plombier local, munies de chauffe-eaux à gaz qui s'avèrent vitaux à l'arrivée de l'hiver.


Dans cette région montagneuse, les températures minimales oscillent autour de zéro à 1.000 mètres d'altitude.


"On y pense tous les jours, la dernière fois qu'il a plu, c'était difficile à gérer"
, dit Malika Abbenay, croisée entre les tentes recouvertes de bâches en plastique, qui se souvient du sol rapidement transformé en boue. Fatima Abekkhar, 67 ans confie:

Le froid m'inquiète, d'ailleurs je ne dors pas la nuit à cause de mes rhumatismes.

A quelques centaines de mètres d'Imzilne, un autre camp a été installé pour les 600 habitants du douar d'El Bour, où le séisme a fait une quarantaine de morts et détruit 90% des habitations, selon Mohamed Ladib, un militant associatif de Ouirgane.


Selon le gouvernement, près de 24.000 sinistrés ont reçu des aides financières à la mi-novembre et plus de 3.300 demandes d'aides à la reconstruction ont été approuvées, alors que les opérations de recensement ou de déblaiement se poursuivent.

Plus de 60.000 habitations du Haut-Atlas et de ses environs ont été endommagées.


Debout devant sa tente, Omar Biddar, 71 ans, semble avoir la tête ailleurs.


"Je réfléchis à ma situation. La vie sous tente n'est pas facile et je sens que ça va durer"
, lâche ce retraité peu disert, qui reçoit les aides mensuelles de l'Etat et a également perçu une première aide à la reconstruction d'un peu plus de 1.800 euros.

Mais il dit attendre un permis des autorités locales pour réhabiliter sa maison, sans savoir pourquoi cela tarde autant.


"Retrouver ma maison"


A El Bour, certaines familles ont eu la chance d'être relogées dans des conteneurs aménagés.


"C'est toujours mieux qu'une tente mais je veux retrouver ma maison"
, lance Kalthoum Boussaboun, 60 ans, qui élève deux de ses petits-enfants depuis la mort de leur mère dans le tremblement de terre.

A Imzilne, les habitants se raccrochent à quelques étincelles de bonheur. Fin novembre, ils ont réussi avec peu de moyens à fêter un mariage, reporté en raison du séisme. Latifa Amzil, jeune mariée de 24 ans dit:


La vie continue malgré tout. On a passé trois mois dans un stress très intense, mon mariage a été un moment de joie.

Soudain une femme enceinte sort de sa tente, suscitant le commentaire enjoué d'une voisine:
"bientôt on fêtera une naissance!"
.

À lire également:



#Maroc
#Afrique
#Maghreb
#séisme
#hiver
#pauvreté
#construction
#reconstruction
#tourisme
5 ay önce