|

L'armée israélienne admet avoir fait des victimes civiles lors de son attaque contre Rafah

L'armée israélienne a reconnu, au soir du dimanche, avoir fait des victimes civiles dans son attaque contre un camp de déplacées à l'ouest de la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

10:25 - 27/05/2024 lundi
AA
L'armée d'occupation a reconnu, qu'il y avait eu des victimes civiles dans l'attaque qu'elle a lancée à l'ouest de la ville de Rafah dans le sud de la Bande de Gaza, le 27 mai 2024.
Crédit Photo : AA /
L'armée d'occupation a reconnu, qu'il y avait eu des victimes civiles dans l'attaque qu'elle a lancée à l'ouest de la ville de Rafah dans le sud de la Bande de Gaza, le 27 mai 2024.
Une source médicale palestinienne a fait état d'au moins 35 tués par l'attaque israélienne.

Selon un communiqué de la Défense civile de Gaza, paru plus tôt, 50 Palestiniens "
entre martyrs et blessés suite aux bombardements israéliens"
ont été transférés vers les hôpitaux dimanche soir, depuis un camp de personnes déplacées dans la région de Tal Al-Sultan.

L'armée israélienne a affirmé, dans son communiqué, que
"des avions ont récemment attaqué une base du Hamas à Rafah où résidaient de hauts dirigeants".

Elle a affirmé avoir tué le directeur du bureau du Hamas en Palestine, Yassin Rabie, ainsi qu'un autre dirigeant du mouvement, Khaled Al-Najjar.


Le communiqué de l'armée a ajouté que Rabie et Al-Najjar
"étaient des responsables de l'organisation et du financement des opérations contre des cibles israéliennes en Palestine et à l'intérieur d'Israël".

"L'attaque a été menée contre des éléments armés
(...)
en utilisant des armes de précision sur la base d'informations préliminaires des services de renseignements indiquant que les éléments du Hamas utilisent cette zone (Tel Al-Sultan)"
, a allégué l'armée israélienne.

Le massacre s'est produit dans une zone où habitants et déplacés n'avaient pas été avertis, ni sommés d'évacuer. La frappe israélienne est survenue deux jours après la décision de la Cour internationale de Justice (CIJ) ordonnant l'arrêt immédiat de l'offensive militaire israélienne contre Rafah.

L'armée israélienne a admis qu'
"à la suite de l'attaque et de l'incendie dans la zone, un certain nombre de personnes non impliquées ont été blessées et l'incident est en cours de réexamen“
, a-t-elle affirmé.

Depuis le 6 mai, Israël a entamé une offensive terrestre contre Rafah s'emparant du côté palestinien du point de passage terrestre séparant Rafah de l'Égypte. L'opération israélienne a causé la fermeture du poste-frontière interdisant le passage des blessés pour recevoir des soins et l'entrée de l'aide humanitaire qui est déjà bien rare.


L'attaque israélienne a contraint au moins 810 000 Palestiniens à fuir Rafah, qui accueille environ 1,5 million de personnes, dont environ 1,4 million de déplacés qui ont fui d'autres régions de la bande de Gaza.

Depuis le 7 octobre dernier, Israël mène sa guerre brutale contre la bande de Gaza, qui a fait plus de 116 000 morts et blessés Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des enfants, en plus d'environ 10 000 disparus, sur fond d'énormes destructions et d'une famine qui a déjà coûté la vie à plusieurs enfants et personnes âgées.


Israël ignore une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU stipulant un cessez-le-feu immédiat, ainsi que la demande d'émission de mandats d'arrêt internationaux de la Cour pénale Internationale (CPI) contre son Premier ministre et son ministre de la Défense pour leur responsabilité dans les
“crimes de guerre“
et les
“crimes contre l'humanité“
commis à Gaza.

Pour la 18ᵉ année consécutive, Israël mène un siège de la bande de Gaza, et la guerre qui en est à son 8ᵉ mois a contraint environ 2 millions de ses habitants, sur une population totale d'environ 2,3 millions de Palestiniens, à fuir leurs résidences dans des conditions catastrophiques, dans un contexte de grave pénurie de nourriture, d'eau et de médicaments.


À lire également:



#Rafah
#Palestine
#Bande de Gaza
#Conflit-israélo-palestinien
#Armée israélienne
#Massacre de civils
#Israel
il y a 2 mois