|

Le Hamas annonce avoir conclu un accord de trêve humanitaire de quatre jours avec Israël

Le mouvement de résistance islamique ‘’Hamas’’ a annoncé, mercredi à l'aube, avoir conclu un accord de trêve humanitaire de quatre jours avec Israël.

11:10 - 22/11/2023 mercredi
MAJ: 12:25 - 22/11/2023 mercredi
AA
Des soldats israéliens transfèrent des Palestiniens détenus hors de la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. Crédit photo: MENAHEM KAHANA / AFP
Des soldats israéliens transfèrent des Palestiniens détenus hors de la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. Crédit photo: MENAHEM KAHANA / AFP

C'est ce qui ressort d'un communiqué publié par le mouvement palestinien une heure après que le gouvernement israélien a annoncé avoir approuvé un accord d'échange de prisonniers.


"Après des négociations difficiles et complexes de plusieurs jours, nous annonçons, avec l'aide de Dieu Tout-Puissant, que nous sommes parvenus à un accord de trêve humanitaire (cessez-le-feu temporaire) pour une période de quatre jours, grâce aux efforts de médiation qataris et égyptiens intensifs"
, indique le Hamas dans son communiqué.

"L’accord prévoit un cessez-le-feu entre les deux parties, la cessation de toutes les actions militaires de l'armée de l’occupation dans toutes les zones de la bande de Gaza et l'arrêt de l’incursion de ces engins militaires dans la bande de Gaza"
, ajoute le communiqué.

Il est question également d'autoriser
"l’entrée de centaines de camions d'aide humanitaire, médicale, de secours, ainsi que du carburant dans toutes les zones de la bande de Gaza, sans exception, notamment au nord et au sud du territoire."

L'accord de trêve humanitaire prévoit
"la libération de 50 femmes et enfants israéliens détenus et âgés de moins de 19 ans, en échange de celle de 150 femmes et enfants palestiniens âgés de moins de 19 ans, incarcérés dans les prisons de l'occupation".

Il prévoit, en outre,
"l'arrêt du trafic aérien dans le sud de la bande de Gaza pendant quatre jours et dans le nord du territoire pendant 6 heures par jour, de 10 h00 à 16 h 00".

Le Hamas a souligné que
"pendant la durée de cette trêve, l'occupation s'engage à ne pas attaquer ou arrêter quiconque dans toutes les zones de la bande de Gaza"
, ainsi qu’à
"garantir la liberté de mouvement des personnes depuis le nord de la bande de Gaza vers le sud le long de la rue Salah-al-Din"
(à l’est de la bande de Gaza).

"Tandis que nous annonçons avoir conclu un accord de trêve humanitaire, nous soulignons que nos mains resteront sur la gâchette, et nous promettons à notre peuple que nous resterons fidèles au sang qu’il a versé, à ses sacrifices et à ses aspirations à la libération, à la liberté et à l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale,"
conclut le communiqué.

Plus tôt mercredi, la Société de radiodiffusion publique israélienne (officielle) a rapporté que
"le gouvernement israélien est parvenu à un accord avec le mouvement Hamas pour la libération de 50 enfants, mères et femmes détenues à Gaza lors d’une trêve de quatre jours".

La même source ajoute dans un communiqué publié sur son site Internet que
"la libération de dix otages supplémentaires permet d’accorder une trêve de 24 heures".

Lors de l’opération "Déluge d’Al-Aqsa", le Hamas avait capturé au moins 239 Israéliens, parmi lesquels on compte des militaires de haut rang. Le mouvement de résistance islamique souhaiterait les échanger contre plus de 7 000 prisonniers palestiniens, dont des femmes et des enfants, incarcérés dans les geôles israéliennes.​​​​​​​

Depuis le 7 octobre dernier,​ l’armée israélienne mène une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza. Les raids de l’aviation israélienne ont rasé des quartiers entiers, tué 14 128 Palestiniens -dont 5 840 enfants et 3 920 femmes- et blessés plus de 33 000 autres, selon un bilan communiqué par le bureau des médias du gouvernement du Hamas à Gaza.


À lire également:



#Palestine
#Conflit israélo-palestinien
#Accord de trêve humanitaire
#Echange de prisonniers
#Hamas
#Israël
il y a 6 mois