|

Nigeria: moins cher que le gaz, le bioéthanol perce dans les cuisines

La hausse des prix du gaz au Nigeria pousse à l'adoption du bioéthanol pour la cuisson, offrant une alternative propre et montrant le besoin de soutien gouvernemental.

La rédaction
16:30 - 27/11/2023 Pazartesi
MAJ: 17:08 - 27/11/2023 Pazartesi
AFP
Crédit photo: ALAIN JULIEN / AFP
Crédit photo: ALAIN JULIEN / AFP

L'heure du déjeuner approche, et Shola Abiodun Adeyemi s'active. Sur le plan de travail, elle pose une petite marmite et deux produits nouvellement acquis: une petite cuisinière composée de deux plaques de cuisson et une grande bouteille remplie d'un gel verdâtre.


Cette coiffeuse de 43 ans qui vit dans le quartier d'Idi Mangoro dans le nord de Lagos, la capitale économique du Nigeria, verse le gel, du bioéthanol fabriqué à partir de biomasse, dans la cuisinière avant d'y allumer le feu. Elle ajoute:
"il ne noircit pas vos casseroles et marmites, ne sent pas mauvais, ça permet de bien cuisiner. Ça va vite et surtout c'est moins cher que le gaz, qui est à un peu plus de 1.000 nairas (1,2 dollar)"
.

Avec la flambée du coût de la vie, le gaz de cuisine est devenu hors de prix pour de nombreux ménages nigérians, après la fin des subventions gouvernementales sur les carburants décidée par le président Bola Ahmed Tinubu en mai 2023.

L'inflation a atteint plus de 27% en moyenne sur les 12 derniers mois dans la première économie du continent, selon le Bureau national des statistiques nigérian.

Aujourd'hui, de plus en plus de consommateurs se tournent vers les biocarburants verts, affirme l'Alliance pour la cuisine propre (CCA) au Nigeria.


Le gel de bioéthanol bon marché constitue un combustible propre pour les cuisines où les familles utilisent souvent du bois ou du charbon, dont les émanations de fumée sont délétères pour la santé.


Chaque année, plus de 93.000 femmes meurent dans le pays de maladies causées par la pollution de l'air domestique, d'après les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).


Qu'est ce que le bioéthanol ?


Le bioéthanol, commercialisé sous le nom de Superéthanol-E85 ou E85, est un carburant où l’alcool, l’éthanol, remplace une partie de l’essence contenue dans les carburants traditionnels.


Deux types d’éthanol existent: le synthétique, issu du pétrole, et le biologique, le bioéthanol, fabriqué à partir de blé, de maïs ou de betteraves sucrières.


L’éthanol est présent dans tous les carburants suivant des proportions différentes. L’E85, lui, contient entre 65 et 85% de bioéthanol, contre 5 à 10% dans les carburants fossiles.

"Sauver des vies"


Femi Oye n'avait que neuf ans lorsque sa grand-mère est décédée des suites d'un cancer des poumons, après avoir inhalé toute sa vie des fumées toxiques.


En 2012, il s'associe avec Lilian Aremu pour
"créer des produits qui sauvent des vies"
et fonde Kike Technologies. Ils mettent sur le marché cette cuisinière portative fonctionnant au bioéthanol.

Le gel, entièrement biologique, est créé à partir de sources d'énergies renouvelables comme des déchets alimentaires et agricoles ou encore la jacinthe d'eau.


Au Nigeria, les émissions de CO2 pourraient être réduites de plus de 4 millions de tonnes, si tous les ménages utilisaient du bioéthanol pour cuisiner, selon les Nations unies.

Depuis sa création, l'entreprise a reçu plusieurs récompenses pour son impact sur l'environnement et la santé et a vendu au total un million de cuisinières, entre 14 et 21 euros l'unité, principalement au Nigeria, mais aussi dans les pays limitrophes.


Pour attirer les consommateurs, les cofondateurs s'appuient sur des agents et concessionnaires chargés de la distribution.


Rôle de l'État


Mais Lilian Aremu ne se berce pas d'illusions. Pour que sa cuisinière
"propre"
gagne largement les foyers du pays, l'État nigérian doit investir. Elle assure:

Si nous avons plus de soutien des autorités, nous pouvons réduire les coûts de production et de nombreuses personnes, notamment dans les zones rurales, auront la possibilité d'en bénéficier.

Abel Gaiya, responsable énergie à Clean Technology, un grand centre d'innovation énergétique à Abuja, la capitale politique du pays, abonde. Il explique:
"avec l'inflation, une minorité de gens se tournent vers le bioéthanol certes, mais beaucoup d'autres se sont remis à utiliser du bois et du charbon, encore moins cher. Il faut que l'État s'occupe de ce problème"
.

Il insiste aussi sur les bons matériaux à utiliser lors de la manipulation du bioéthanol.
"Si la cuisinière est défectueuse, il peut y avoir certains effets négatifs similaires au gaz: des fuites, des explosions et des incendies"
, énumère-t-il.

À l'échelle régionale, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) travaille à populariser le bioéthanol.


L'organisation envisage prochainement
"l'adoption de normes harmonisées de cuisson, de transport et de domestication du bioéthanol au niveau national"
ainsi que
"l'élaboration de normes et d'étiquetages pour la biomasse"
a indiqué à l'AFP Guéi Kouhie, coordonnateur des programmes de bioénergie/cuisson propre à la CEDEAO.

Aucune date n'a encore été fixée pour la mise en place de ces mesures.


À lire également:




#Nigeria
#Afrique
#environnement
#société
#économie
#gaz
#carburant
#biocarburants
6 ay önce