|

Soldats occidentaux en Ukraine: Salvini dit à Macron de "se faire soigner"

Matteo Salvini, vice-chef du gouvernement italien, a jugé "dangereux" mercredi le président français Emmanuel Macron et estimé qu'il devait "se faire soigner" après avoir de nouveau évoqué la possibilité d'envoyer des troupes occidentales en Ukraine pour combattre la Russie.

La rédaction
14:49 - 9/05/2024 jeudi
AFP
Le vice-président du Conseil des ministres d'Italie, Matteo Salvini.
Crédit Photo : TIZIANA FABI / AFP
Le vice-président du Conseil des ministres d'Italie, Matteo Salvini.
Coutumier des déclarations à contre-courant de la politique pro-Kiev de la Première ministre Giorgia Meloni, le chef de La Ligue (extrême droite) réagissait devant des journalistes aux récentes déclarations de M. Macron et de l'ancien président du Conseil italien Mario Monti, selon qui il pourrait être
"nécessaire"
, à terme, d'envoyer des soldats en Ukraine.

"Ils doivent se faire soigner"
, a lâché ce proche allié de Marine Le Pen.
"Ceux qui sont de cet avis et le disent comme si c'était quelque chose de normal, et cela vaut pour Macron comme pour Monti, sont dangereux".
Et d'ajouter:

S'ils ont tellement envie de se battre, alors qu'ils aillent en Ukraine, demain, ils les attendent.

En mars, déjà, il avait accusé Emmanuel Macron de
"représenter un danger pour notre pays et notre continent".

Il a en revanche salué le discours du président russe Vladimir Poutine lors de son investiture mardi au Kremlin:


Hier, Poutine a, entre autres, invité au dialogue et j'espère que 2024 sera l'année de la paix, pas des soldats partis mourir en Ukraine.

M. Salvini a surmonté début avril une motion de défiance déposée au parlement par l'opposition reprochant à La Ligue de ne pas avoir coupé les ponts avec Vladimir Poutine et son parti Russie unie après la guerre russe en Ukraine.


Il avait signé le 6 mars 2017 un accord de cinq ans avec Russie unie, qui s'est renouvelé automatiquement en 2022. 


Invité à réagir aux propos de M. Salvini, le chef de la diplomatie Antonio Tajani, lui aussi vice-président du conseil, s'est contenté de rappeler que Rome n'avait pas l'intention d'envoyer de soldats en Ukraine.


À lire également:




#Italie
#Matteo Salvini
#France
#Emmanuel Macron
#Ukraine
#Russie
#Vladimir Poutine
#Diplomatie
#Conflit
il y a 2 mois