|

Sri Lanka: l'ONU réclame justice pour les victimes des attentats de Pâques

Les Nations unies ont appelé dimanche le Sri Lanka à remédier à son "déficit de responsabilité" et à garantir la justice, alors que le pays commémore le massacre il y a cinq ans jour pour jour de 279 personnes, dans la série d'attaques terroristes la plus meurtrière de l'histoire de l'île.

19:49 - 21/04/2024 Pazar
MAJ: 18:17 - 21/04/2024 Pazar
AFP
Crédit Photo: Ishara S. KODIKARA / AFP
Crédit Photo: Ishara S. KODIKARA / AFP
Une
"enquête approfondie et transparente"
doit être menée pour découvrir les responsables des attaques du dimanche de Pâques 2019, qui avaient fait aussi plus de 500 blessés, a déclaré Marc-André Franche, coordinateur de l'ONU dans le pays lors d'une cérémonie commémorative à Colombo.

Trois églises et trois hôtels avaient été ciblés par des attentats-suicides, attribués à un groupe terroriste local revendiquant son affiliation au groupe Daesh. 


Parmi les victimes, 45 étrangers ont été tués, dont des touristes qui visitaient l'île 10 ans après la fin d'un conflit ethnique brutal qui avait fait plus de 100.000 morts depuis 1972. 


"Le Sri Lanka souffre d'un déficit persistant en matière de responsabilité, que ce soit pour des crimes de guerre présumés, des violations plus récentes des droits de l'homme, la corruption ou l'abus de pouvoir, et ce déficit doit être comblé si le pays veut aller de l'avant",
a déclaré M. Franche.

Il a souligné que les victimes cherchaient toujours à obtenir justice, alors que la Cour suprême du pays a déclaré l'ancien président Maithripala Sirisena et ses hauts fonctionnaires responsables de ne pas avoir empêché l'attaque.


Le bureau des droits de l'homme des Nations unies a demandé à Colombo de publier les conclusions complètes des enquêtes précédentes sur ces attentats et de mettre en place une commission d'enquête indépendante, a-t-il noté.

L'Église catholique du Sri Lanka a affirmé de son côté que des officiers du renseignement militaire étaient en relation avec les extrémistes qui ont perpétré l'attentat qui a favorisé les ambitions politiques de Gotabaya Rajapaksa.


Quelques mois plus tard, cet ancien officier de l'armée, qui avait fait campagne sur la sécurité, était élu à la présidence.


Derrière les terroristes


Dimanche, le chef de l'église catholique au Sri Lanka, le cardinal Malcolm Ranjith, a accusé le gouvernement de supprimer les preuves et protéger ceux qui étaient derrière les terroristes.


"Il est clair que ce sont les extrémistes terroristes qui ont mené l'attaque, mais il y avait d'autre forces derrière elles",
a-t-il déclaré.

Et des milliers de catholiques ont participé dimanche à une manifestation silencieuse pour exiger une enquête. 


Des preuves présentées dans le cadre d'une procédure civile engagée peu après les attentats ont montré que les services de renseignement indiens avaient prévenu Colombo des attentats 17 jours plus tôt, mais que les autorités n'avaient pas agi. 


Le président de l'époque Maithripala Sirisena et ses collaborateurs ont été condamnés à verser 310 millions de roupies (1 million de dollars) d'indemnités aux victimes et à leurs proches.
Mais la décision n'a pas encore été pleinement appliquée, car M. Sirisena a fait appel.

À lire également :



#Sri Lanka
#ONU
#attentats de Pâques
3 ay önce