|

Tunisie/Elections locales: l’électeur entre désillusion et confusion

Certains Tunisiens désintéressés des élections du 24 décembre critiquent le manque de communication, mais reconnaissent l'importance du devoir électoral. La campagne avec 7 217 candidats validés se poursuit jusqu'au 22 décembre.

14:40 - 8/12/2023 vendredi
MAJ: 14:55 - 8/12/2023 vendredi
AA
La campagne électorale pour ces élections a démarré le 2 décembre courant et se poursuivra jusqu'au 22 décembre.
Crédit Photo : AA /
La campagne électorale pour ces élections a démarré le 2 décembre courant et se poursuivra jusqu'au 22 décembre.
Mohamed, 34 ans et père de famille, affirme qu'il ne va pas voter le 24 décembre. Il ne sait d’ailleurs pas de quelles élections il s’agit.
"Ça va servir à quoi ? En plus, on ne sait pas ce que ces élus vont pouvoir faire réellement et concrètement"
, déclare-t-il à Anadolu. Il s'interroge:

Vont-ils pouvoir résoudre la crise économique, les pénuries auxquelles font face les citoyens au quotidien ?

Comme lui, Samia, employée de la fonction publique, se dit désabusée, elle ne sait même pas qui sont les candidats pour qui elle devra voter si jamais elle décide de le faire. Une remarque signalée par la quasi-totalité des personnes interrogées par Anadolu.


Tous dénoncent un manque de communication de la part de l’Instance électorale et une absence de campagne.


Outre la méconnaissance de ces élections et des Conseils qui vont en émaner, Samia se dit
"préoccupée"
par les soucis du quotidien.
"On peine à trouver du pain, du lait, du café… Il faut s’organiser de manière à aller aux commerces au bon moment, c’est-à-dire quand se font les livraisons de ces produits rares"
, regrette-t-elle, ajoutant que ce jonglage au quotidien avec les files d’attente est
"fatiguant et ne vous laisse aucun répit ni pour penser à l’avenir ni aux élections, aujourd’hui on pense au jour le jour, aux besoins urgents, sans plus"
, dit-elle.

Romdhane, la soixantaine, ne partage pas cet avis et pense que le devoir électoral est
"sacré"
, que
"tout Tunisien en âge de voter doit le faire quelles que soient les contraintes auxquelles il fait face"
.

Seulement Romdhane confond les conseils régionaux et conseils municipaux, il pense que les élections du 24 décembre vont permettre la recomposition des conseils municipaux, dissout en 2022, sans qu’aucun scrutin ne soit prévu avant 2025 pour suppléer leur vacance.

Romdhane n'est pas le seul à faire cette confusion, les conseils locaux étant un nouveau concept, la majorité des Tunisiens les confondent avec les collectivités locales.


Fatiha, qui pense elle aussi que le scrutin du 24 décembre permettra d'élire les membres des conseils municipaux, souligne qu'elle votera pour ceux qui sauront tenir leurs promesses, des personnes
"dignes de confiance"
. Le 24 décembre, les Tunisiens devront élire les membres de plusieurs conseils locaux.

Les futurs élus issus de ce scrutin seront appelés à former le Conseil national des districts et des régions, deuxième chambre parlementaire créée par la Constitution de 2022. Les élections se dérouleront dans 2155 circonscriptions électorales en vue de mettre en place 279 conseils locaux, a indiqué l'Agence de presse TAP dans un article consacré aux prérogatives des conseils locaux.

Pour la deuxième étape, chaque conseil local (279) sera représenté par l’un de ses membres, pour un mandat de trois mois, au sein du Conseil régional. La désignation du membre aura lieu par un tirage au sort pour garantir l’égalité des chances entre tous les conseillers locaux.


Chaque gouvernorat, dont le nombre est 24, aura son conseil régional. Une fois mis en place, les conseils régionaux (24) formeront le conseil des districts (5 districts) pour procéder à l’élection de leurs représentants au sein du Conseil national des régions et des districts, la deuxième chambre parlementaire.

Selon le président de l’ISIE, le rôle des Conseils locaux, qui sont différentes des Conseils municipaux, est prévu par la loi n°94-87 du 26 juillet 1994, portant création des Conseils locaux de développement, rapporte la TAP précisant que l’article 3 de cette loi prévoit que le Conseil local examine toutes les questions qui lui sont soumises par son président relatives au développement économique, social, culturel et éducatif dans la circonscription de la région.


Selon les dispositions de cet article, le Conseil local est, en outre, chargé de donner son avis sur les programmes et projets locaux de développement et présenter des propositions pour fixer les priorités.


L'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a validé 7 217 candidats qui participeront aux élections des conseils locaux dans 2 155 circonscriptions. La campagne électorale pour ces élections a démarré le 2 décembre courant et se poursuivra jusqu'au 22 décembre.

À lire également:



#​​​​​​​Tunisie
#élections
#politique
#vote
#campagne
il y a 3 mois
default-profile-img