|

Climat: le privé doit investir beaucoup plus, estime le FMI

Une drastique montée en puissance des investissements sera nécessaire afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050, a estimé lundi le Fonds monétaire international (FMI) dans une publication, qui juge que le secteur privé devra prendre en charge 80% des financements nécessaires dans les pays émergents pour y parvenir.

17:52 - 2/10/2023 lundi
MAJ: 18:45 - 2/10/2023 lundi
AFP
Crédit photo: ZACH GIBSON / AFP / ARCHIVE
Crédit photo: ZACH GIBSON / AFP / ARCHIVE
Selon le chapitre 3 de son rapport annuel sur la stabilité financière mondiale (GFSR) dont l'ensemble du contenu sera publié à l'occasion des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale (BM), qui débutera le 9 octobre à Marrakech,
"le secteur privé devra faire une contribution majeure aux investissements nécessaires en faveur du climat dans les économies émergentes et en développement".

Reprenant les données récemment publiées par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le Fonds rappelle que 2.000 milliards de dollars d'investissements annuels d'ici 2030 sont nécessaires afin d'atteindre l'objectif de zéro émission en 2050, bien loin des 400 milliards investis annuellement prévus pour les sept prochaines années jusqu'ici.

Or les États, en particulier émergents et en développement, ne seront pas en capacité de couvrir ces besoins en investissement, à moins d'augmenter leur endettement, déjà élevé, de 45 à 50% en moyenne:
"ce n'est budgétairement pas soutenable"
, a estimé Ruud de Mooij, directeur adjoint au département des affaires budgétaires du Fonds, lors d'une conférence de presse en ligne. De plus, il a rappelé:

La bonne nouvelle est que 90% des technologies dont nous avons besoin pour réduire les émissions d'ici à 2030 existent d'ores et déjà.

Mais afin d'y parvenir, le secteur privé doit doubler sa contribution, actuellement de 40% des investissements réalisés, pour la porter à 80%, insiste le rapport.


Or, si certains pays émergents, à l'image de la Chine ou de l'Inde, disposent d'un secteur privé disposant des ressources nécessaires, ce n'est pas le cas ailleurs, ce qui implique de créer les conditions pour attirer les investissements internationaux, selon le FMI.

Mais ces pays font face à des difficultés, notamment
"du fait de leur notation, 40% des pays émergents sont classés sous la catégorie -investissement- ce qui signifie qu'ils ne font pas partie de l'univers d'investissement"
, a expliqué Fabio Natalucci, directeur adjoint du FMI.

Par ailleurs, si le nombre de fonds d'investissement donnant la priorité à la soutenabilité a grandi, cela n'implique pas une hausse des financements en faveur des besoins liés au réchauffement climatique.


"Seule une petite part de ces fonds souhaite avoir un impact positif sur le climat, la grande majorité réalisent leurs investissements sur des critères sociaux, de gouvernance d'entreprise et environnementaux qui ne sont pas nécessaires en lien avec les défis climatiques",
pointe le rapport.

"Dans certains cas, ils ne sont pas aussi 'vert' que le label le suggère. Il est donc important de s'assurer que ces labels reflètent à quel point les investissements sont 'verts' pour chacun de ces fonds"
, a souligné M. Natalucci.

À lire également:


#Economie
#Organisation
#Indicateur
#FMI
#BM
#Climat
#Maroc
#Chine
#USA
#Inde
il y a 5 mois
default-profile-img