|
Le jour du changement !

Hier, c'était le 27 mai. Aydın Ünal (journaliste) a publié un formidable article dans sa rubrique, associant le passé au présent et nous obligeant à en rendre compte. Ceux qui ne l'ont pas encore lu sont priés de commencer par cet article.


Nous devons nous rafraîchir la mémoire. Nous n'avons pas vécu cette époque, mais grâce à l'atmosphère politique d'aujourd'hui,
nous ne pouvons pas être surpris de ce que Menderes a subi
(Adnan Menderes, l'ancien premier ministre de la Türkiye et président du parti démocrate).

Le regretté professeur Teoman Duralı a décrit comme suit les événements qui se sont déroulés dans la rue à Ankara le matin du coup d'État mené par le CHP et İsmet İnönü : Les membres du Parti du peuple (le CHP, le principal parti d'opposition actuel en Türkiye) ont dit aux soldats :
"Il y a un membre du parti démocrate assis là. Il y a des membres démocrates là-bas, ils pointaient les soldats du doigt. Il y a eu une énorme colère".

Lorsque nous lisons des mémoires similaires ou que nous regardons les titres et les colonnes des journaux de l'époque, nous pouvons voir
la chasse aux sorcières, l'étiquetage et le lynchage
des cadres et des électeurs du parti démocrate.

63 ans se sont écoulés depuis, mais
le CHP n'a pas été capable d'abandonner son langage politique de la haine.
Ouvrez votre navigateur et passez rapidement en revue les médias sociaux. Voyez comment ils détestent le président Erdoğan, les cadres du AK Parti (parti du président Erdoğan), ceux qui ont voté pour le AK Parti ou les masses pour lesquelles ils pensent avoir voté ;
les personnes pieuses, les imams-hatiplis, les femmes voilées, les personnes portant des chéchias et des shalwars.

Dans le processus électoral que nous connaissons,
ils ont laissé de côté le "langage de l'amour" et les signes du cœur
qu'ils ont tenté de maintenir au premier tour et ont repris leurs codes dans les 15 jours qui ont précédé le second tour.
Le consensus social, l'unification, l'intégration, la reconciliation sont devenus des mensonges.
Sans même attendre la conclusion du processus électoral, ils ont manifesté leur mécontentement face au résultat des urnes en attaquant de gauche comme de droite avec rage.

Ils ont annoncé au monde entier
qu'ils détestaient tous ceux qui n'avaient pas voté pour le CHP et n'avaient pas choisi Kılıçdaroğlu (candidat à la présidentielle de l'opposition).
Il y a trois jours,
ils ont même lynché les candidats qu'ils soutenaient
. Ils n'ont pas élevé la voix contre les campagnes électorales dégoûtantes et ont même anéanti les journalistes les plus éminents de leur quartier, qu'ils considéraient comme des idoles,
pour une simple critique.

Ils n'ont pas hésité à déverser leur haine sur des millions de victimes du tremblement de terre qui venaient de vivre l'une des plus grandes souffrances de l'histoire.
Le matin du 15 mai, ils ont tenté même de demander de rendre compte pour le seul verre d'eau qu'ils avaient offert pour soutien aux victimes.
Cette situation a de quoi horrifier les gens de conscience, mais la politique de destruction, d'intimidation et de déshumanisation de ceux qui ne sont pas comme eux est
dans la nature du CHP.

Les graffitis racistes écrits à l'encontre des expatriés turcs venus travailler en Allemagne ont été, après de nombreuses années, affichés comme des affiches officielles du parti sur des panneaux publicitaires en plein air.
Le discours "les Syriens vont partir" n'est que la partie déclarée du langage de la haine.
Les éclats de voix que nous voyons dans les interviews de rue, tels que
"ces vieilles têtes devraient être transformées en savon",
ne sont pas du théâtre, ils ne font pas de l'humour. Ils avouent qu'ils ne peuvent plus contenir la grande colère qu'ils ont emprisonnée en eux.

Un candidat à la présidence qui déclare
"ceux qui ne voteront pas pour moi ne devraient pas se rendre aux urnes"
et "ne péchez pas en votant pour Erdoğan" a une telle vision de l'acuité, de l'opposition et du mépris dans le pôle qu'il a construit de ses propres mains et auquel il a inculqué la confiance en soi.

La colère, la haine et le sentiment d'anéantissement à l'égard du peuple, qui n'a jamais porté le CHP
seul au pouvoir lors d'une élection, à l'exception de la période du parti unique, sont apparus au grand jour ces derniers temps. L'opposition n'a pas fait un seul pas pour normaliser les masses qu'elle a nourries de graines de haine.
Au contraire, Kemal Kılıçdaroğlu n'a cessé de jeter de l'huile sur le feu en faisant des déclarations qui mobilisaient toutes les lignes de fracture.

Nous nous rendons aux urnes aujourd'hui. Aujourd'hui, nous n'allons pas seulement élire le 13e président de la Türkiye. Une grande opportunité s'offre à nous aujourd'hui. Aujourd'hui,
nous déterminerons non seulement le gouvernement, mais aussi l'avenir de l'opposition, qui veut détourner la Türkiye de son chemin, de sa voie et de son orbite, et qui inflige toutes sortes de mauvais traitements à ceux qui ne sont pas les siens.

Il est également entre nos mains de changer l'opposition,
qui s'est abattue sur le pays comme un cauchemar pendant des années, qui réduit la volonté du peuple en sang lorsque c'est nécessaire, qui dresse des potences lorsqu'elle en trouve l'occasion et qui tente de couper la gorge de la nation lorsqu'elle devient pesante.

Aujourd'hui pourrait être le jour le plus radical du "changement" en Türkiye
. Aujourd'hui, la voie de l'opposition locale et nationale peut être ouverte.

Aujourd'hui pourrait être le jour où la compréhension qui trompe son électorat, qui a été vaincu et déçu à chaque élection, avec toutes sortes de mensonges et qui le rend hostile à son État et à ses voisins immédiats, restera dans le siècle passé.

Le changement est entre nos mains...


Nous sommes aujourd'hui le 28 mai... Et nous pouvons clore le compte inachevé du 27 mai (il est fait référence au coup d'Etat du 27 mai 1960 qui a conduit à l'exécution d'Adnan Menderes à cette époque).

Puissent les résultats des élections apporter du bien à la patrie, à la nation, à l'État, aux géographies qui dépendent de la Türkiye et aux opprimés.


#Türkiye
#élection
#politique
#histoire
#Ersin Çelik
il y a 1 an
Le jour du changement !
Les États-Unis n'ont encore une fois pas déçu !
Le domaine public doit-il économiser de l'argent ou faire de la remise en forme ?
Sacrifier les politiciens aux bureaucrates
L'autre face de Tachkent
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine