|

Burundi: une journaliste poursuivie pour "atteinte à la sûreté de l'Etat"

Une journaliste burundaise, détenue depuis cinq jours par les services de renseignement, a été inculpée pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'État", des poursuites passibles de la prison à perpétuité, ont affirmé vendredi des sources judiciaires et sa famille.

15:53 - 19/04/2024 Cuma
AFP
La journaliste burundaise Sandra Muhoza.
Crédit Photo : Média X / Archive
La journaliste burundaise Sandra Muhoza.

Sandra Muhoza, 42 ans, est journaliste pour La Nova Burundi, un média en ligne réputé plutôt proche du pouvoir.


Elle a été arrêtée samedi 13 avril et conduite le lendemain dans les locaux du Service national du renseignement (SNR) à Bujumbura, la capitale économique de ce pays d'Afrique de la région des Grands Lacs.

Mme Muhoza avait répondu à l'invitation d'un riche homme d'affaires et membre influent du parti au pouvoir, le CNDD-FDD.


Elle a été inculpée jeudi et transférée à la prison Mpimba à Bujumbura, a indiqué une source judiciaire sous couvert d'anonymat.


"L'instruction se poursuit mais le parquet a annoncé qu'elle est poursuivie pour atteinte à la sûreté intérieure de l'État et pour aversion ethnique",
a poursuivi la même source.

Ces informations ont été confirmées par sa défense et des proches, qui ont accusé les services secrets burundais de lui avoir infligé des
"sévices corporels lors de ses interrogatoires"
et affirmé que la journaliste a été interrogée les yeux bandés et menottée dans le dos pendant des heures.

Selon des proches, Sandra Muhoza a été arrêtée à la suite d'une dénonciation pour des propos tenus dans une conversation WhatsApp de journalistes dans un débat sur une présumée distribution de machettes aux Imbonerakure, membres de la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD.

Interrogées par les médias, les autorités n'ont pas donné suite. Ce n'est pas la première fois que des journalistes sont ciblés au Burundi.


En mai 2023, la journaliste Floriane Irangabiye avait été condamnée à 10 ans de prison pour
"avoir porté atteinte à l'intégrité du territoire national".

"Les journalistes burundais vivent dans la crainte d'être menacés, agressés ou arrêtés"
, selon l'ONG Reporters sans frontières, qui avait classé en 2023 le pays au 114e rang sur 180 en matière de liberté de la presse.

Le président Evariste Ndayishimiye, qui a succédé à Pierre Nkurunziza après la mort de ce dernier en 2020, a été salué par la communauté internationale pour avoir progressivement mis fin à des années d'isolement du Burundi.

Mais il n'a pas réussi à améliorer un piètre bilan en matière de droits humains.


Et le Burundi, pays enclavé dans la région des Grands Lacs, est le plus pauvre au monde en termes de PIB par habitant, selon la Banque mondiale, avec 75% de ses 12 millions d'habitants vivant sous le seuil international de pauvreté.


À lire également:





#Burundi
#médias
#arrestation
#politique
#Évariste Ndayishimiye
#Pierre Nkurunziza
3 ay önce