|

Le Venezuela expulse les personnels de l'Onu

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a annoncé jeudi "suspendre les activités" du bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) dans le pays et ordonné le départ de son personnel sous 72 heures.

La rédaction
14:54 - 16/02/2024 vendredi
AFP
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Yvan Gil.
Crédit Photo : YURI CORTEZ / AFP
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Yvan Gil.
"Nous regrettons cette annonce et évaluons les prochaines actions à mener",
a réagi la porte-parole du HCDH à Genève, Ravina Shamdasani.

Nous continuons à dialoguer avec les autorités et les autres parties prenantes.

"Notre principe directeur a été et reste la promotion et la protection des droits humains du peuple vénézuélien"
, ajoute-t-elle.

Le HCDH, dirigé par Volker Türk, avait auparavant sur le réseau X exprimé sa
"profonde inquiétude"
après le placement en détention de la
"militante des droits de l'homme"
Rocio San Miguel, poursuivie pour
"terrorisme",
demandant
"instamment sa libération immédiate et le respect de son droit à la défense".

Le ministre Yvan Gil a dénoncé le
"rôle inapproprié que cette institution a développé, qui loin de se montrer comme une entité impartiale, l'a conduite à devenir le bureau privé des putschistes et des terroristes qui complotent en permanence contre le pays".

Selon Gil, la suspension restera en vigueur
"jusqu'à ce qu'ils rectifient publiquement devant la communauté internationale, leur attitude colonialiste, abusive et violant la Charte des Nations unies"
.

Il a cependant assuré que le Venezuela
"continuera à coopérer avec le bureau du Haut Commissaire à Genève".

L'ONG vénézuélienne de défense des droits humains Provea a estimé que cette décision
"accroît la vulnérabilité des victimes aux abus et tente d'empêcher le contrôle par les organismes internationaux".

Mme San Miguel, de nationalité vénézuélienne et espagnole, est accusée de
"trahison", "terrorisme"
et
"conspiration",
car
"directement liée"
à un attentat qui visait à assassiner le président Nicolas Maduro, selon le procureur général du Venezuela Tarek William Saab qui a fustigé mardi
"une campagne féroce menée depuis l'étranger contre la justice et l'État vénézuéliens".

L'Union européenne et les États-Unis avaient également fait part de leur
"préoccupation"
 après l'arrestation le 9 février de la directrice d'ONG, spécialiste des questions militaires. Son ex-mari a également été placé en détention dans cette affaire de complot pour laquelle 19 personnes ont été arrêtées.

Le HCDH possède un bureau au Venezuela depuis 2019. Sa tâche principale est de
"fournir un soutien à la mise en œuvre effective des recommandations émises"
dans les rapports que le Haut-Commissaire présente au Conseil des droits de l'homme.

Depuis 2019, il y a eu au moins six rapports sur la situation au Venezuela et Volker Türk s'était rendu en janvier 2023 dans le pays, sur invitation de Caracas. Il avait rencontré le président Maduro et des représentants de la société civile dénonçant
"des violations systématiques". 

À lire également:




#Venezuela
#Politique
#Diplomatie
#ONU
il y a 5 mois