|

RDC: "l'impunité et l'absence de responsabilité sont parmi les causes de la violence", dit Volker Türk

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Volker Türk, a déclaré jeudi à l'issue de sa visite de quatre jours en RDC que "l'impunité et l'absence de responsabilité" sont parmi les causes qui entretiennent un cycle interminable de violence dans ce pays.

15:46 - 19/04/2024 Cuma
AA
Volker Türk, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, est en visite dans l'est de la RDC du 16 au 18 avril 2024, une région en proie au conflit armé.
Crédit Photo : ALEXIS HUGUET / AFP
Volker Türk, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, est en visite dans l'est de la RDC du 16 au 18 avril 2024, une région en proie au conflit armé.
Évoquant la situation dans les provinces de l'est, le commissaire onusien a déploré une population
"épuisée et profondément traumatisée, écrasée par des décennies de guerre et de conflit".

"Au Nord-Kivu, le groupe armé M23 continue de semer la terreur, tuant et enlevant la population locale, et s'attaquant fréquemment aux défenseurs des droits humains, aux journalistes et aux leaders des communautés. Des enfants sont également recrutés de force dans ses rangs",
a déclaré Türk, soulignant que depuis octobre, cinq cent mille personnes ont été déplacées des zones contrôlées par le M23, portant le nombre total des personnes déplacées à près de 2,7 millions.

"En Ituri, outre les affrontements intercommunautaires entre les groupes armés CODECO et Zaïre, le groupe armé ADF (Forces démocratiques alliées) multiplie les attaques contre la population civile, entraînant plusieurs abus flagrants des droits humains et des violations graves du droit international humanitaire. À ce jour, la province compte quelque 1,8 million de personnes déplacées",
a-t-il ajouté, relevant:

Les forces de sécurité nationales et les milices comme le Wazalendo commettent également des violations des droits humains qu'il faut prévenir.

Le responsable onusien a, en outre, fait état d'une augmentation considérable du nombre de victimes de violences sexuelles aussi bien dans les zones de conflit que dans les camps.

"Il est impératif que l'État soit en mesure de jouer pleinement son rôle à l'Est, pour assurer non seulement la sécurité, mais aussi l'éducation, la santé et un système judiciaire efficace et équitable"
, a-t-il souligné, ajoutant que
"les pays qui soutiennent les groupes armés ou qui ont une influence sur eux doivent assumer leurs responsabilités et veiller à ce que les combats cessent".

"Au Nord-Kivu, tout rôle joué par le Rwanda dans le soutien au M23 doit cesser et une solution doit être trouvée de toute urgence. Il en va de même pour tout pays qui soutient des groupes armés actifs en RDC. Tous les Congolais ont droit à la paix. Sans paix, il n'y aura ni développement ni progrès",
a encore martelé Volker Türk.

L'une des causes profondes de bon nombre de ces conflits est l'exploitation des ressources naturelles de la RDC, qui appauvrit la population locale au lieu de lui profiter. Le gouvernement, ainsi que les puissances régionales et internationales, ont des obligations à cet égard.

Le secteur privé a également des responsabilités importantes, y compris les entreprises qui extraient des ressources, telles que le coltan, qui sont si précieuses pour le monde, a-t-il ajouté.


Le responsable onusien a par ailleurs fait part de ses
"inquiétudes quant à ce qui pourrait arriver aux civils en cas de retrait précipité de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO)".

Soulignant que l'impunité et l'absence de responsabilité sont parmi les causes profondes du cycle interminable de la violence, Türk a déclaré avoir
"exhorté le gouvernement à redoubler d'efforts pour garantir une tolérance zéro à l'égard de l'incitation à la violence et des discours de haine".​​​​​​​

À lire également:




#RDC
#Volker Türk
#Nord Kivu
#Goma
#M23
#Armée nationale congolaise
3 ay önce