|

Mexique: le maire élu de la ville de Copala tué par des hommes armés

Le maire élu de la ville de Copala, dans le sud-ouest du Mexique, a été tué par balle alors qu'il revenait d'un voyage à Mexico, ont annoncé les autorités, lundi.

13:53 - 18/06/2024 Salı
MAJ: 12:02 - 18/06/2024 Salı
AA
Un membre de la garde nationale monte la garde devant le bâtiment du service médico-légal où se trouve le corps du maire récemment élu Salvador Villalba Flores à Acapulco, État de Guerrero, Mexique, le 17 juin 2024.
Crédit Photo : Francisco ROBLES / AFP
Un membre de la garde nationale monte la garde devant le bâtiment du service médico-légal où se trouve le corps du maire récemment élu Salvador Villalba Flores à Acapulco, État de Guerrero, Mexique, le 17 juin 2024.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le maire de Copala, Salvador Villalva, ancien capitaine de la marine mexicaine, a été sorti du bus dans lequel il se trouvait par des hommes armés, qui l'ont abattu quelques instants plus tard.


Salvador Villalva, été élu lors des élections nationales du 2 juin, bénéficiait de la protection de troupes de la Garde nationale pour sa sécurité, mais elles n'étaient pas avec lui lors de la survenue de l'incident, sa sécurité n'étant assurée que dans l'État de Guerrero, où se trouve Copala.

La violence politique au Mexique a marqué les dernières élections du 2 juin avec 37 assassinats de candidats politiques à divers postes, dont celui de maire, les campagnes ont été les plus violentes de l'histoire du pays. L'État côtier de Guerrero étant l'un des plus durement touchés.


La vague d'assassinats ne s'est pas limitée aux candidats. Le crime organisé a coûté la vie à des alliés et même à des membres des familles des candidats. Des think tanks mexicains tels que le Laboratorio Electoral ont dénombré un total de 84 meurtres entre juin 2023 et juin 2024.


Le parti Mexico Avanza, le parti politique minoritaire sous la bannière duquel s'était présenté Salvador Villalva, s'est même retiré de la course à la mairie de Teloloapan, dans l'État de Guerrero, suite à des menaces présumées de la part du crime organisé.


La gouverneure de l'État, Evelyn Salgado, a toutefois assuré que les élections se dérouleraient dans le calme et a déployé 27 000 soldats de la Garde nationale à cette fin.

La violence politique s'est étendue au-delà du jour des élections. Le 7 juin, la conseillère municipale Esmeralda Garzon a été tuée par balle devant son domicile à Tixtla, dans l'État de Guerrero.


En outre, Candy Espinoza Rios, candidate de l'alliance du parti Morena au pouvoir, a disparu de Copala avec sa famille à la suite de menaces.


À lire également:




#Mexique
#Copala
#mort
#Salvador Villalva
#assassinat
#Mexico
1 ay önce