|

Un an après le retrait du Mali... Constat de décès du G5 Sahel ?

En poussant la France à mettre fin à son opération Barkhane et en l'invitant à embarquer ses soldats du sol malien, le pouvoir militaire dressait le prélude à un retrait du G5 Sahel, dont le Mali est, au moins économiquement, l'élément le plus fort, ou plutôt le moins fragile.

14:21 - 16/05/2023 Tuesday
MAJ: 15:42 - 16/05/2023 Tuesday
AA
Crédit Photo: Joël SAGET / AFP
Crédit Photo: Joël SAGET / AFP

C'est que ce groupe réunissant la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et le Mali, a eu beau afficher des résolutions de mener des actions communes institutionnalisées, en matière de développement et, surtout, de lutte en bloc contre le terrorisme au Sahel, il était perçu, dès sa création (février 2014), comme la "succursale" politique locale de la France, de ses bataillons sur place et de ses intérêts dans la région.


L'experte spécialiste du Sahel Ornella Moderan, de l'Institut d'études de sécurité, affirme dans ce sens:
"dès le début, le G5 donnait l'impression d'être téléguidé par Paris…"
.

Un mort-né ?


La France ne s'en est jamais cachée et c'était de bonne guerre. Pour servir ses intérêts, c'est par son influence et sous son contrôle, en effet, qu'elle a amené l'Union européenne à être le principal pourvoyeur de fonds, dans cet espace, très riche en ressources naturelles.


À charge pour Paris de lui apporter la coopération et le soutien sécuritaires, à travers formations, armement et équipements, ainsi que de monter des opérations militaires anti-terroristes qui allaient s'élargir et dont la dernière en date était Barkhane.


Aussi ceux qui assuraient que le G5 Sahel est né, à l'instigation de Paris et sous sa pression, n'étaient-ils pas tellement dans le faux. Lui avoir prédit inefficience, turbulences et même disparition à échéance, n'était pas si insensé que cela. Les arguments ne manquaient effectivement pas pour cette approche.


À commencer par le financement des programmes, autant de développement socio-économique que sécuritaire, qui dépendait et dépend toujours essentiellement de l'UE et qui s'est constamment fait "chronique", particulièrement par les aléas et les engagements imprévus de l'Europe, dont la gestion de la crise des vagues de réfugiés syriens, la pandémie du coronavirus, la constante immigration irrégulière et, plus récemment, le conflit russo-ukrainien.


Or, c'est en gros de ces aides et de ces subventions que dépend la réalisation des projets de développement commun et, par voie de conséquence, le Programme du travail annuel budgété (PTAB), établi par le Comité national de coordination des pays du G5 Sahel.


Soit le
"prétexte" approprié pour le pouvoir de Bamako qui a invoqué
"une perte d'autonomie et une instrumentalisation"
de cette coalition du Sahel, pour s'en retirer, un certain 15 mai 2022. Le refus, ourlé par la France à cause du putsch, de céder au Mali la présidence tournante, n'a fait que précipiter ce retrait.

Mais il n'y a pas que la dépendance financière qui handicapait le G5 Sahel, depuis sa naissance. Les priorités et les volontés politiques des décideurs des cinq pays étaient, en effet, disparates. À titre d'exemple, il n'y a pratiquement pas eu de coopération entre Bamako N'Djamena (Tchad) ou Ouagadougou (Burkina Faso).


Et quand on sait que, souvent, dans cette région, comme ailleurs en Afrique, les orientations fondamentales changent avec le changement des dirigeants, cela tourne au chamboulement, quand il s'agit de renversements militaires. Or, le G5 Sahel en a connu, ces dernières années, deux au Mali, un au Burkina et un autre au Tchad.


Aveux et constat d'échec


Quoi qu'il en soit, le G5 Sahel, réduit à quatre, n'en a pas moins gardé sa dénomination première, espérant un rapide retour de Bamako. C'est, en tout cas, ce qu'ont souhaité les présidents Mahamet Idriss Déby Itno et Mohamed Ould El-Ghazouani, lors du dernier Sommet "stérile" des chefs d'Etat de N'Djamena, le 20 février dernier, au cours duquel le Tchad a passé le flambeau de la présidence à la Mauritanie et où la junte militaire de Ouagadougou s'est fait représenter par un simple ministre.


Déby et El-Ghazouani veulent à tout prix sauver le G5 et appellent à
"garder espoir"
. Ils ont même réussi à "arracher" au président nigérien Mohamed Bazoum une phrase optimiste :
"nous n'avons pas encore considéré que c'est terminé pour le G5 Sahel et nous allons nous battre"
. Des propos qui sonnent la complaisance et la courtoisie, lui qui, quelques mois plus tôt, déclarait le G5
"mort"
.

Bazoum n'aurait sûrement pas consenti cette "concession", si les 1200 soldats tchadiens, déployés au Niger dans le cadre de la lutte commune contre le terrorisme, s'étaient retirés, avant le Sommet du 20 février 2023. A rappeler qu'ils l'ont fait sur une décision unilatérale, sans concertation préalable ni préavis. Cela a eu au moins le mérite de confirmer l'avis de son ministre des Affaires étrangères qui qualifiait le G5 Sahel d'
"échec avéré"
.

Le 20 du mois dernier, la réunion du Comité national de coordination qui établissait le PTAB de l'année à venir, supposée traiter d'axes stratégiques, tels la sécurité, la gouvernance, l'infrastructure, la résilience et le développement humain, n'aura duré que quelques petites heures, ne débouchant que sur des généralités et des broutilles comme projets communs, du genre radio régionale et préconisant
"la politique de ses moyens"
.

Un aveu de la limite des finances et, surtout, de l'effet du retrait malien. Cela nous renvoie à ce qu'a dit le Nigérien Hassouni Massoudou, à propos du Mali, comme épicentre de ce G5 Sahel:
"le futur de l'Organisation se joue à Bamako. Lorsque le Mali aura des dirigeants élus qui normaliseront leurs relations avec les voisins, nous pourrions lui redonner vie".

Cela ne semble pas être pour demain. Bamako a tourné le dos à la France et choisi un nouveau bloc. Le désormais G4 Sahel, plus moribond que jamais, suivra-t-il l'exemple ?


L'auteur de ce texte d'opinion est Slah Grichi, journaliste et ancien rédacteur en chef du journal La Presse de Tunisie.


À lire également:



#Mali
#Retrait
#G5 Sahel
#France
#Afrique
1 year ago